Feeds:
Articles

Archive for the ‘Equipements publics’ Category

Un article publié sur ABCD Blog – Architecture, BIM & Conceptual Design by Autodesk

On en entend parler depuis quelques temps, mais il règne beaucoup de confusion autour de cet acronyme, le PIM (Project Information Management). Qu’est ce que cela représente réellement ? Est-ce une plateforme, un outil, un processus, du PLM, un fichier ? Pour le savoir, nous avons demandé à Alexandre Tartas, Vice-Président EMEA Newforma.

image

Bonjour Alexandre, et merci pour votre temps. Pourriez-vous svp en quelques mots nous décrire ce concept essentiel de votre activité, le PIM ! En quoi cela consiste-t-il ? Et quand et où est née cette idée ?

L’idée du PIM c’est-à-dire du « Project Information Management » (la gestion des informations de projets) est née assez naturellement il y a une douzaine d’année lorsqu’un groupe de professionnels issus du secteur de la construction et de l’édition de logiciels a sondé des entreprises de l’AEC (Architecture, Engineering & Construction) sur leurs besoins. En plein développement du BIM, c’est presque étonnant que les problèmes liés à la gestion et au partage des informations de projets aient émergé de ces discussions. Ces entreprises décrivaient un volume d’informations en croissance exponentielle au gré de la numérisation du secteur. Ils évoquaient aussi le volume d’emails, source principale de communication entre les différents acteurs de projets, mais dont le contrôle, la traçabilité et la gestion devenaient de plus en plus difficile.

Lire la suite sur ABCD Blog

Read Full Post »

Un article de Pierre Le Hir sur lemonde.fr

Ségolène Royal a inauguré, jeudi 22 décembre 2016, un tronçon routier recouvert de panneaux photovoltaïques. Un projet sans précédent au monde par sa taille.

Test de route solaire à Tourouvre (Orne), en octobre 2016.

Enter a caption

Test de route solaire à Tourouvre (Orne), en octobre 2016. SOULABAILLE Y./WATTWAY

Après l’autoroute du soleil, voici la route solaire. Un tronçon long de 1 km, sur une voie départementale desservant la petite commune normande de Tourouvre-au-Perche (3 400 habitants), dans l’Orne, dont la chaussée a été recouverte de dalles photovoltaïques. Cette infrastructure a été inaugurée, jeudi 22 décembre, par la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, qui en fait un exemple de la transition énergétique dans les territoires. Ce projet, sans précédent au monde par sa taille, suscite pourtant des critiques, en raison d’un rendement énergétique incertain et d’un coût élevé. Le financement, de 5 millions d’euros, a en effet été assuré par une subvention de l’Etat.
Lire la suite sur lemonde.fr

Read Full Post »

Un article proposé par l’Office fédéral de l’énergie

Berne, 16.01.2016 – En collaboration avec différents partenaires, l’Office fédéral de l’énergie lance le 16 janvier, à l’occasion de Swissbau, le label pour la construction durable en Suisse. La Société générale de surveillance (SGS) a été chargée de concevoir ce label de manière à ce qu’il puisse être utilisé le plus simplement possible par les architectes et les spécialistes en charge de la planification.

Le label Construction Durable Suisse est basé sur le Standard de Construction Durable Suisse (SNBS). Ce standard est un projet commun réalisé par les pouvoirs publics et l’industrie de la construction avec le soutien du programme SuisseEnergie dans le cadre de la Stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral. L’Office fédéral de l’énergie cédera au plus tard à la fin de 2018 tous les droits sur le standard au Réseau Construction durable Suisse. Ce réseau réunit les principaux acteurs de l’industrie de la construction et des pouvoirs publics.

Le label prend notamment en compte des facteurs contextuels, ce qui permet de tenir compte, lors de l’évaluation, du choix des emplacements ainsi que de leurs utilisations (offres de logements, zones industrielles, utilisation des rez-de-chaussée, etc.). Le label permet d’évaluer l’influence d’une construction sur le développement urbain et l’espace disponible en Suisse.

La SGS (société mandataire) développe actuellement la version 2.0 du standard en s’appuyant sur les résultats de 28 projets pilotes menés au cours de la première version. Le contenu du label sera présenté à l’occasion du salon Swissbau le 16 janvier, avant d’être testé. Il sera vraisemblablement possible d’établir les premières certifications à partir de l’été 2016.

SGS
Derrière le label se trouve l’entreprise SGS, leader mondial de l’inspection et de la certification, un groupe suisse comprenant 80’000 collaborateurs et 140 représentations. Spécialisée dans les labels, SGS compte à son actif un grand nombre de projets dans le domaine de la construction verte. Pour l’élaboration du label, SGS collabore avec le bureau Zimraum Raum + Gesellschaft, les experts du groupe CSD Ingénieurs, Ecosens et l’Institut pour les prestations financières de Zoug (IFZ) de la haute école de Lucerne. Les travaux sont suivis de près par une commission spécialisée du Réseau Construction durable Suisse.

Adresse pour l’envoi de questions:

Marianne Zünd, responsable de la communication OFEN
058 462 56 75; 079 763 86 11
marianne.zuend@bfe.admin.ch

Auteur:

Office fédéral de l’énergie
Internet: http://www.bfe.admin.ch
Plus d’infos sur le label

Read Full Post »

Un article de Mathieu Dejeu – LE MONITEUR.FR

Jusqu’au second semestre 2016, le réseau électrique d’éclairage public de Chartres devient un réseau de télécommunication. Les entreprises Sysplug et Citeos testent les possibilités d’un transport de l’information par le biais candélabres.

Le concept de la ville intelligente soulève la question des réseaux de télécommunication. Dans cette cité théorique, qui s’adapterait aux moindres variations de son environnement, les canaux de l’information restent à définir. Dans ce rôle, Sysplug propose le réseau électrique d’éclairage public. Depuis avril 2015, la jeune entreprise a transformé les lampadaires de Chartes en appareil d’émission et de réception de signaux. Les candélabres des rues Georges-Fessard, Charles Brune, et de la place Châtelet, recueillent les messages des capteurs installés sur des places de parking ou des conteneurs à ordures. Ils les transmettent ensuite à une base de données informatique. Ce démonstrateur est réalisé en partenariat avec la municipalité, l’agglomération, et Citeos, la filiale de Vinci chargée du service d’éclairage de la ville. L’expérience se poursuivra jusqu’au second semestre 2016.

L’idée de l’installation émerge en 2014. « A la conclusion d’un contrat de performance énergétique, nous avons échangé avec la collectivité autour de la ville intelligente. Ces discussions ont abouti à création d’une infrastructure pilote », explique Pierre Fillastre, chef d’entreprise Citeos à Chartres. Le projet est divisé en trois phases. Les opérations ont débuté en 2015 par la pose de modules Sysnode, conçu par Sysplug, dans le mât de 17 luminaires à LED, accompagnés de 8 détecteurs radiofréquences sur des places de parkings, et de 6 capteurs de remplissage sur les poubelles environnantes.

Lire la suite sur le Moniteur.fr

Read Full Post »

Un article de lemoniteur.fr

A la suite d’un concours restreint, l’équipe formée par les agences d’architecture Ilimelgo et Secousses a été retenue pour réaliser cette future exploitation verticale.

En 2015, ce dernier organisme a en effet lancé un concours restreint de maîtrise d’œuvre sur esquisse qui a été remporté par l’équipe formée par les agences d’architectures Ilimelgo (mandataire) et Secousses (associée). Elles sont accompagnées dans ce projet par les bureaux d’études Scoping et Etamine, l’agronome Terr’eau Ciel et le paysagiste Land’Act.

Lire la suite sur lemoniteur.fr

Read Full Post »

Un article d’Anthony Laurent – LE MONITEUR.FR

Prolongeant les concepts de « route solaire » qui fleurissent depuis quelques années déjà un peu partout dans le monde, l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) planche actuellement sur une route « solaire, hybride, thermique et photovoltaïque » capable de produire à la fois de l’électricité et de la chaleur.

Lire la suite sur lemoniteur.fr

Read Full Post »

Un article de Arthur Groot sur urbanews.fr

Après le succès du Marché des ruelles organisé par Destination centre-ville en septembre 2014, trois marchés éphémères seraient de retour pour se procurer des fruits et légumes de saisons. À suivre! / © Destination Centre-Ville

Après le succès du Marché des ruelles organisé par Destination centre-ville en septembre 2014, trois marchés éphémères seraient de retour pour se procurer des fruits et légumes de saisons. À suivre! / © Destination Centre-Ville

 

La réponse quasi-unanime aux erreurs du passé dans l’aménagement, à savoir la construction à outrance de voies routières et de grands boulevards, est la création de ‘grands projets urbains’.

Ce mode de ‘reconstruction’ de nos villes nécessite des investissements publics massifs et une grande rentabilité des opérations immobilières pour être viable. A coup de grandes opérations de communications, de meeting immobilier et de rencontre de starchitectes dans des meeting d’entre-soi technocrates, la « ville durable » se construit sur le modèle de la ZAC (labélisée Eco-quartier). (Ceci est une généralisation des politiques urbaines de ces dernières années – à ne pas reproduire chez vous).

Sauf que dans un contexte de ralentissement de la croissance, les opérations urbaines n’avancent plus ou ralentissent, la crise du logement se poursuit, et l’insécurité gagne nos espaces publics. La rénovation urbaine des « grands ensembles » offre ses premiers résultat : des murs repeins mais entre ses murs, toujours la misère sociale, et ce sont encore et toujours les mêmes problématiques qui se posent dans nos villes contemporaines. Mais comment faire plus avec moins dans ce contexte de multiplication des contraintes ?

Acteur parmi un mouvement plus général de ‘re-vitalisateurs’ de nos villes de part le monde, Jerôme Glad nous livre ses expériences à Montréal.

Lire la suite sur urbanews.fr

Read Full Post »

Un article de Bénédicte Rallu sur www.lemoniteur.fr

Forum international des PPP Territoires durables 2030, Annemasse, 29 octobre 2015

 

Les 29 et 30 octobre s’est tenu à Annemasse (Haute-Savoie) le Forum sur les partenariats public-privé Territoires durables 2030. Les PPP sont reconnus comme un outil privilégié pour atteindre les 17 objectifs du nouvel Agenda de développement durable 2030 décidé par les Nations Unies fin septembre.

Comment résorber l’extrême pauvreté et assurer le développement durable dans le monde d’ici à 2030 ? Fin septembre, les Nations Unies (193 Etats membres) ont, dans un Agenda 2030, fixé 17 objectifs à atteindre pour y arriver. Les partenariats public-privé (PPP) ont été identifiés comme « outil de réalisation » de ces objectifs de développements durable. Le changement climatique étant une problématique de ce mouvement, un forum international a été organisé, sous l’égide des Nations Unies, sur les PPP durables le 29 et 30 octobre à Annemasse pour pouvoir présenter des axes de travail avant la COP21 qui débute le 30 novembre à Paris.

Lire la suite sur www.lemoniteur.fr

Read Full Post »

Un article de Adrien Pouthier sur www.lemoniteur.fr

Les architectes Nicola Delon et Julien Choppin ont imaginé dans le cadre de la COP 21 ce petit bâtiment dont le processus de fabrication a suivi les principes de l’économie circulaire.

Le pavillon Circulaire du 26 octobre au 6 janvier, parvis de l'Hôtel de ville de Paris © Cyrus Cornut

Le pavillon Circulaire du 26 octobre au 6 janvier, parvis de l’Hôtel de ville de Paris © Cyrus Cornut

En Ile-de-France, 75% des déchets proviennent du BTP. Et la construction de 1 m2 de logement collectif génère 13 kg de déchets. Qui plus est, tous les jours, le service des encombrants de la Ville de Paris ramasse des dizaines et des dizaines de pièces de mobilier. Pourquoi ne pas redonner vie à ces ressources en les réutilisant pour construire à nouveau ?

C’est l’idée qu’ont voulu concrétiser les architectes Nicola Delon et Julien Choppin en construisant, sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris, le Pavillon circulaire. Une expérimentation architecturale autour du réemploi de matériaux de construction. « Il nous a fallu d’abord trouver un gisement de matière », raconte Julien Choppin. « Alors nous sommes allés fouiller dans les stocks de la Ville de Paris (qui soutient l’opération, ndlr), nous avons listé les opérations de réhabilitation de la Ville et récupéré tout ce que nous avons pu. »

Lire la suite sur www.lemoniteur.fr

Read Full Post »

Un article de Edourd Malsch sur urbanews.fr

La société néerlandaise VolkerWessels, spécialisée dans les travaux routiers, vient de présenter un projet inédit de voirie, réalisée en plastique recyclé. Le bon vieux bitume est-il voué à disparaître ?

Pour l’heure il ne s’agit que du lancement d’une expérimentation. VolkerWessels souhaiterait utiliser du plastique recyclé, principalement issu des nombreux déchets récupérés dans les océans de la planète pour réaliser des routes et contribuer ainsi à la réduction les émissions de gaz à effet de serre. 2 % des émissions de gaz à effet de serre liés à l’activité routière, seraient dû à l’utilisation de l’asphalte.

Read Full Post »

Older Posts »