Feeds:
Articles

Archive for the ‘Planification énergétique territoriale’ Category

Un article de Mathieu Dejeu sur lemoniteur.fr

L’émergence de quartier autonome en énergie reste suspendue aux progrès du stockage d’électricité. Le projet de recherche européen Energy local storage advanced system (Elsa) donne l’occasion à Bouygues Energies & Services de développer une démarche originale à base de batteries usagées de véhicules électriques.

Les quartiers autonomes en énergie n’existent pas encore, mais Bouygues Energies & Services fourbit déjà ses armes. Après la création d’une plate-forme d’agrégation de données, le groupe progresse dans le domaine du stockage de l’électricité. Dans le cadre du projet de recherche européen Energy local storage advanced system (Elsa), il travaille avec neuf partenaires (1) à la conception d’un système qui recycle les batteries usagées de véhicules électriques. Lancée en avril 2015, cette opération devrait aboutir à un produit fini en 2018.

A mi-parcours, le groupement arrive désormais dans une phase d’essais. Des prototypes sont en cours d’installation dans six sites à travers l’Europe (2). Ils reprennent les caractéristiques d’une première installation en test depuis trois ans dans les entrailles de Challenger, le siège de Bouygues Construction situé à Guyancourt (Yvelines). Ce premier modèle emmagasine le courant produit par les panneaux solaires posés en toiture du bâtiment. Il donne un aperçu des spécificités techniques de la future mouture commerciale.

Lire la suite sur le Moniteur.fr

Read Full Post »

Un guide publié par l’IAU

Mettre l’économie francilienne sur la trajectoire d’une économie plus verte dans ses processus de conception, de fabrication et de distribution

La région Île-de-France a toutes les caractéristiques d’une région globale. Elle est le moteur de l’économie française, un centre d’innovation de rang mondial, un pôle d’attraction pour les entreprises et les talents, un lieu de décision et reste une concentration industrielle. Elle est aussi une région peuplée, très consommatrice de ressources, qui contribue à la pollution de l’air, aux émissions de carbone et aux atteintes à la biodiversité. Relever les défis de la transition écologique suppose de mettre l’économie francilienne sur une trajectoire de développement soutenable, vers une économie plus verte dans ses processus de conception, de fabrication et de distribution. Cette dynamique implique d’associer efficacité économique, optimisation des ressources employées et diminution des rejets générés. Dans une région marquée aussi par le chômage et les inégalités, cette trajectoire de développement doit également, pour être légitime et réalisable, être porteuse d’amélioration pour l’emploi des Franciliens. En Île-de-France, les perspectives de développement de l’économie verte et des emplois associés sont encourageantes. À moyen terme (5 à 10 ans), la dynamique de transformation est portée, à la fois, par les normes environnementales et les importants investissements publics consentis dans le cadre de projets tels que celui du Grand Paris ou du schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE). Au total, à l’horizon 2020, ce sont entre 95 000 et 153 000 emplois (ETP) supplémentaires qui pourraient être créés pour couvrir les besoins du Grand Paris et du SRCAE. Le secteur de la construction est le domaine d’activité qui devrait le plus bénéficier de ces investissements. Mais la grande majorité de ces emplois sont de durée limitée, et directement liés au calendrier d’investissement public dans la construction ou la rénovation des infrastructures. L’ampleur de la création d’emplois dépendra ensuite, à moyen et long terme, de la compétitivité des filières industrielles de l’économie verte et du positionnement de la région dans la chaîne de valeur de ces filières. L’Île-de-France a des atouts significatifs en matière d’innovation. Elle concentre la moitié de la filière éco-technologique française. Ses capacités de recherche sont notamment importantes pour l’eau, les déchets, les énergies renouvelables mais aussi sur des socles transversaux indispensables aux innovations dans ce domaine : biologie, physique, chimie, mathématique, mécanique… Concernant le développement des autres maillons de la chaîne de valeur (production, distribution, ingénierie, conseil), les réalités sont plus contrastées. Si la région dispose d’un tissu diversifié et d’une large palette de spécialisation, les marges de développement peuvent varier considérablement, selon la nature de l’activité, le stade de maturation de la filière.

Lire la suite et télécharger le guide

Read Full Post »

Un article de Miriam Eisermann sur energy-cities.eu

Vers des villes 100% énergies renouvelables et maîtrisant leur consommationLa ville 100% renouvelable : Une utopie ou un objectif non-négociable ? Pour répondre à cette question, Energy Cities a publié avec le CLER et le Réseau Action Climat le rapport « Vers des villes 100 % énergies renouvelables », présenté le 26 septembre lors du Sommet Climate Chance à Nantes.

L’objectif de ce rapport c’est de proposer aux décideurs des pistes d’actions pour emmener leur ville vers un avenir plus sain, plus prospère et plus solidaire.

Conçu comme une étude exploratoire, la publication raconte l’histoire de cinq champions européens qui montrent le chemin. Nous avons choisi nos villes membres de Barcelone, Francfort, Frederikshavn, Genève et Malmö pour décrire les stratégies des pionniers. Avec des motivations, des approches et des calendriers spécifiques, ces villes s’emploient à développer un système énergétique fondé sur l’efficacité énergétique et l’utilisation maximale des énergies renouvelables. En mobilisant l’ensemble des acteurs locaux autour d’un projet collectif, elles avancent vers l’objectif de 100 % énergies renouvelables, stimulant au passage le développement économique de leurs territoires.

Lire la suite de l’article et télécharger le rapport

Read Full Post »

La Lettre Stratégie de l’ADEME

Bien qu’important en volume, le surcroît d’investissement nécessaire au financement de la transition bas-carbone ne représente que 2,3% des investissements à venir dans l’économie française d’ici à 2035. Les évaluations macro-économiques montrent, d’autre part, que cette transition constitue un levier de croissance et de création d’emploi à court comme à long terme. L’accès des investisseurs (ménages et entreprises) à des crédits bancaires adaptés est cependant crucial pour maximiser les gains au niveau de l’économie dans son ensemble et éviter que les investissements relatifs à la transition bas-carbone se fassent au détriment d’autres dépenses. Même s’ils ne sont pas les seuls investisseurs, les ménages restent des acteurs importants de cette transition, en particulier dans le domaine du logement. Pour massifier le nombre et la qualité des travaux de rénovation énergétique, le développement d’une offre globale de type «service intégré de la rénovation énergétique» articulant aspects techniques et financiers est nécessaire. Plus généralement, les réflexions sur le reporting climat des institutions financières et des entreprises et sur les outils de réorientation de leurs stratégies vers une économie bas-carbone sont à soutenir. Ce 49e numéro de La lettre Stratégie fait ainsi le point sur les questions du financement de la transition énergétique et de l’ingénierie financière à développer à partir des travaux réalisés par l’ADEME dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale bas-carbone notamment.

Pour télécharger la lettre Stratégie de l’ADEME

 

Read Full Post »

Un article de Noémie Poize, chargée de mission à Rhônalpénergie – Environnement sur http://www.cler.org

Modèle original de production décentralisée d’énergie renouvelable au service des territoires ruraux, les Centrales villageoises s’appuient sur les valeurs d’une Charte qui met en avant l’ancrage local des projets, leur contribution au développement local des territoires, le partenariat avec les collectivités publiques, le respect des patrimoines naturel et bâti. Elle fixe également des exigences de qualité dans la réalisation opérationnelle des installations.­

Au sein des huit premiers projets pilotes i­nitiés dans cinq Parcs naturels régionaux moteurs (Vercors, Bauges, Monts d’Ardèche, Pilat et Baronnies Provençales), un travail d’animation locale a permis de faire émerger progressivement, depuis 2010, des sociétés « Centrales Villageoises », soit sous forme de SAS soit sous forme de SCIC/SAS. Celles-ci ont chacune engagé la réalisation d’un premier projet photovoltaïque en équipant plusieurs toits du territoire, avec une approche paysagère et architecturale particulièrement approfondie.

Lire la suite

Read Full Post »

Un article de Mathieu Dejeu – LE MONITEUR.FR

Jusqu’au second semestre 2016, le réseau électrique d’éclairage public de Chartres devient un réseau de télécommunication. Les entreprises Sysplug et Citeos testent les possibilités d’un transport de l’information par le biais candélabres.

Le concept de la ville intelligente soulève la question des réseaux de télécommunication. Dans cette cité théorique, qui s’adapterait aux moindres variations de son environnement, les canaux de l’information restent à définir. Dans ce rôle, Sysplug propose le réseau électrique d’éclairage public. Depuis avril 2015, la jeune entreprise a transformé les lampadaires de Chartes en appareil d’émission et de réception de signaux. Les candélabres des rues Georges-Fessard, Charles Brune, et de la place Châtelet, recueillent les messages des capteurs installés sur des places de parking ou des conteneurs à ordures. Ils les transmettent ensuite à une base de données informatique. Ce démonstrateur est réalisé en partenariat avec la municipalité, l’agglomération, et Citeos, la filiale de Vinci chargée du service d’éclairage de la ville. L’expérience se poursuivra jusqu’au second semestre 2016.

L’idée de l’installation émerge en 2014. « A la conclusion d’un contrat de performance énergétique, nous avons échangé avec la collectivité autour de la ville intelligente. Ces discussions ont abouti à création d’une infrastructure pilote », explique Pierre Fillastre, chef d’entreprise Citeos à Chartres. Le projet est divisé en trois phases. Les opérations ont débuté en 2015 par la pose de modules Sysnode, conçu par Sysplug, dans le mât de 17 luminaires à LED, accompagnés de 8 détecteurs radiofréquences sur des places de parkings, et de 6 capteurs de remplissage sur les poubelles environnantes.

Lire la suite sur le Moniteur.fr

Read Full Post »

Un article de Matthieu Chenal, SuisseEnergie pour les communes, paru initialement dans AGEFI Magazine de février 2016

Logo Energie Schweiz

Les communes ont un rôle majeur à jouer dans la transition énergétique. Or le développement des technologies de l’information change la donne, offre des opportunités inédites mais suscite aussi des interrogations. Avec le projet Smart City Suisse, le réseau des Cités de l’énergie se profile sur l’enjeu des villes intelligentes.

Au plan mondial, les villes, qui hébergent depuis 2007 plus de la moitié de la population, comptent pour deux tiers de la consommation d’énergie et pour 70 à 80 % des émissions de gaz à effet de serre. On constate déjà une forte corrélation entre l’urbanisation, le bien-être et l’empreinte écologique (WWF, PNUD). Autrement dit, plus le taux d’urbanisation d’un pays croît, plus l’indice de développement humain grimpe, mais aussi la charge sur l’environnement. Pour garantir un indice de développement humain élevé et une empreinte écologique faible, il faut réorienter les villes vers des systèmes plus durables, qui garantissent une prospérité, une qualité de vie, une forte résilience et des émissions de CO2 en baisse. La durabilité n’est plus facultative pour les villes et elle n’est d’ailleurs plus contestée. (more…)

Read Full Post »

Un article de Didier Bert sur latribune.fr

Le propriétaire de chaque parcelle peut connaître son potentiel de production d'énergies renouvelables.

Le propriétaire de chaque parcelle peut connaître son potentiel de production d’énergies renouvelables. (Crédits : Navitas Consilium SA)

La communauté de communes de la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc et la ville suisse de Martigny viennent de se doter de la plateforme web PlanETer, qui répertorie l’énergie renouvelable la plus adaptée à chaque bâtiment de ces territoires.

Quelle est la consommation énergétique de chacun des 10 000 bâtiments répertoriés sur la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc et la ville de Martigny (Suisse) ? Le nouvel outil de cartographie en ligne PlanETer est capable de donner une réponse, mais aussi quelle énergie pourrait être produite sur chaque parcelle. La plateforme web présente ce potentiel pour les différentes énergies renouvelables : solaire, géothermique et éolienne, bien que cette dernière soit marginale sur ces territoires de montagne.

Lire la suite sur latribune.fr

Read Full Post »

Un article de Raphaël Besson sur www.urbanews.fr

Capitale Européenne de la Culture 2013, berceau de la Friche Belle de Mai et du MuCEM (Musée des Civilisations Méditerranéennes), Marseille apparaît comme l’une des figures emblématiques des villes créatives en France. Cette nouvelle image s’est progressivement construite autour de l’hypothèse suivante : les arts et les cultures peuvent constituer des outils alternatifs et efficaces d’attractivité économique et de régénération urbaine. La créativité marseillaise s’est aussi inventée « par le bas », grâce à un tissu associatif particulièrement actif. On pense à l’un des premiers fab lab mobiles développé par l’équipe de la Fabulerie dans le quartier de Noailles, aux émissions de Radio Grenouille co-construites avec les habitants, aux tentatives de réappropriation collective de la place Louise Michel par le collectif Etc, ou encore aux ateliers de participative organisés dans le quartier de la Belle de Mai par ZINC et le collectif d’architectes-urbanistes TOPOÏ.

Lire la suite sur www.urbanews.fr

Read Full Post »

Un article de Blandine Pidoux sur www.energy-cities.eu

Axe fort du grand projet d’urbanisme lausannois Métamorphose, l’éco-quartier des Plaines-du-Loup, dont la construction est prévue à partir de 2017 sur une surface de 34 hectares, devra répondre aux exigences du concept énergétique société à 2000 watts. Il s’agira de limiter la consommation énergétique des bâtiments et de favoriser les énergies totalement renouvelables.

Pour relever ce défi, les services industriels de Lausanne recherchent activement de nouvelles sources d’énergies renouvelables, et explorent les possibilités offertes par la géothermie, encore peu utilisée en Suisse, mais possèdant un important potentiel de développement. Dans cet esprit, un volet “deep-city” a été ajouté au Plan directeur de Lausanne qui intégre désormais les profondeurs de son sous-sol.

Lire la suite sur energy-cities.eu

Read Full Post »

Older Posts »