Feeds:
Articles

Archive for the ‘Politiques énergétiques et climatiques’ Category

Une note d’Ekopolis.fr

Quiz de l'énergie des communesProposé par le Gimelec (Groupement des industries de l’équipement électrique), la Fédération française des entreprises de génie électrique et énergétique (FFIE), le réseau d’entreprises locales Gesec et le Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique (Serce), cet outil d’auto-évaluation vise à aider les communes à mieux apprécier leur engagement en matière de transition énergétique.

Un quiz d’une dizaine de questions est proposé sur la base d’une étude réalisée par Coda Stratégies en août 2016 sur la transition énergétique des bâtiments communaux. Un programme de 70 interviews de responsables de collectivités et des recherches statistiques et documentaires ont permis d’identifier des scenarii de passage à l’acte, des freins, mais aussi des profils-type de collectivités. Ce quiz interactif permet de découvrir duquel une commune est le plus proche et « permet d’établir un bilan et d’identifier les leviers d’action qu’il est possible de mettre en œuvre, quelle que soit la taille de la commune ».

Consulter le site web

Read Full Post »

Un article de construction21.org

Quels sujets pourraient alimenter les tendances du bâtiment et de la ville durable cette année? Voici quelques points clés identifiés par l’équipe Construction21 parmi tous les contenus proposés sur la plateforme.

La rénovation énergétique face au patrimoine

La France possède l’un des patrimoines architecturaux les plus riches au monde, du monument historique classé à la maison à pans de bois, de l’hôtel particulier aux anciens bâtiments industriels. Les décrets de la loi de Transition Energétique ont pu provoquer quelques friction sur l’obligation de rénover les bâtiments patrimoniaux, mais les dérogations sont en place depuis cet automne pour une plus grande souplesse.

Après des années de débat, les professionnels ont les outils et de plus en plus de solutions pour relever le défi de ces rénovations complexes. Et l’enjeu est de taille: 20 millions de logements mal isolés. 2017 sera peut-être l’année charnière pour cette part majeure du parc immobilier français.

 

Infrastructures durables

Du bâtiment, la construction durable se tourne de plus en plus vers une échelle plus large, celle de la ville. Mais penser à la seule échelle d’un écoquartier ne suffit pas ou plus. Le durable passe aussi par des éléments transverses entre les quartiers et les territoires, des éléments qui contribuent eux aussi à réduire notre empreinte environnementale : les infrastructures et les services urbains. Ils interviennent sur des thèmes différents répertoriés dans la nouvelle base de données Construction21 :

Lire la suite sur construction21.org

Read Full Post »

La capture des énergies renouvelables in situ en remplacement des combustibles fossiles importés peut révolutionner les rapport de notre société à l’énergie.
En complément du livre “Scénarios de transitions énergétiques en ville. Acteurs, régulations, technologies”, le site nexus-energy.fr présente des résultats de la recherche Ecoquartier Nexus Energie :

Le développement des énergies intermittentes en substitution des combustibles rend crucial le stockage de l’énergie. Dans les espaces urbanisés à énergie positive : où sera stockée l’énergie ? Par qui ? Le projet Ecoquartier NEXUS Energie s’intéresse à la coordination de l’énergie notamment dans la conception urbaine et immobilière.

La fabrication / transformation de la ville est souvent analysée à partir d’un champ d’action tel que les réseaux urbains, l’immobilier ou l’urbanisme. Le projet NEXUS fait l’hypothèse que l’ensemble des systèmes concourant à la production, la consommation et la distribution d’énergie d’un espace urbanisé résulte d’un assemblage de nœuds socio-énergétiques portés par des maîtres  d’ouvrage (promoteurs, aménageurs, opérateurs d’énergie, collectivités…) et organisés selon des habitus et des régulations nationales et locales.

Les technologies susceptibles d’être déployées à l’échelle d’un quartier ou d’un bloc de bâtiments font l’objet de fiches. Des fiches écoquartiers présentent les systèmes énergétiques et leurs acteurs, elles permettent aussi d’accéder à une bibliographie.

Les scénarios sont présentés dans l’ouvrage “Scénarios de transition énergétique en ville. Acteurs, régulations, technologies” ainsi que sous forme de vidéos dans la rubrique Scénarios 2040.

Read Full Post »

Un article d’Ekopolis

Recueil de 15 initiatives de territoire pour la rénovation énergétique de l’habitat

La mobilisation des collectivités est primordiale pour accompagner et démultiplier les actions en faveur de la rénovation énergétique.
Pour rendre compte et valoriser ces initiatives territoriales, l’ADEME édite depuis 2013 un recueil d’initiatives territoriales d’accompagnement à la rénovation énergétique de l’habitat privé.

Cette nouvelle édition présente 15 initiatives dont une majorité d’entre-elles intègrent les questions de lutte contre la précarité énergétique.

Pour ces 15 projets, un cadre d’analyse commun est proposé :

– les parcours d’accompagnement du particulier,
– les outils financiers et la mobilisation du secteur bancaire,
– la structuration de la filière de professionnels du bâtiment.

Que ce soit à l’échelon des communautés d’agglomération, des pays, des départements ou des régions, ce dossier présente les réussites et les difficultés de ces territoires à stimuler la demande et développer les complémentarités entre acteurs de la rénovation.

Pour télécharger le document

Read Full Post »

Un article de René Longet sur Geneva Hub for Democracy

Affichage de Illustration texte Longet.png en cours...Trois options politiques s’affrontent actuellement dans les pays industrialisés. L’approche néolibérale focalise sur les forces du marché dont elle attend qu’elle apporte prospérité et sécurité aux peuples. L’approche néonationaliste promet protection derrière les frontières réaffirmées de l’Etat-nation, exigeant alignement à l’interne et promouvant une posture de méfiance et de compétition vis-à-vis de l’extérieur. Aucune de ces attitudes n’est de nature à résoudre les problèmes auxquels elle prétend s’attaquer, et au contraire ne font que monter en symétrie et aggraver les situations.

La troisième voie est celle d’une régulation aux échelles appropriées aux enjeux, du global au local, en vue de se donner les moyens de traiter en coopération les enjeux qui dépassent les Etats et à inscrire les activités techniques et économiques dans des perspectives d’intérêt commun. Il s’agit aussi d’affirmer l’universalité du respect des droits humains, économiques, sociaux et culturels définis internationalement. Le développement durable offre les outils d’une approche cohérente afin de pouvoir gérer dans l’intérêt du plus grand nombre et au nom des valeurs du vivre ensemble la patrie commune de l’humanité, notre Planète, nous n’en avons qu’une.

Télécharger l’article complet

Read Full Post »

Un article de Miriam Eisermann sur energy-cities.eu

Vers des villes 100% énergies renouvelables et maîtrisant leur consommationLa ville 100% renouvelable : Une utopie ou un objectif non-négociable ? Pour répondre à cette question, Energy Cities a publié avec le CLER et le Réseau Action Climat le rapport « Vers des villes 100 % énergies renouvelables », présenté le 26 septembre lors du Sommet Climate Chance à Nantes.

L’objectif de ce rapport c’est de proposer aux décideurs des pistes d’actions pour emmener leur ville vers un avenir plus sain, plus prospère et plus solidaire.

Conçu comme une étude exploratoire, la publication raconte l’histoire de cinq champions européens qui montrent le chemin. Nous avons choisi nos villes membres de Barcelone, Francfort, Frederikshavn, Genève et Malmö pour décrire les stratégies des pionniers. Avec des motivations, des approches et des calendriers spécifiques, ces villes s’emploient à développer un système énergétique fondé sur l’efficacité énergétique et l’utilisation maximale des énergies renouvelables. En mobilisant l’ensemble des acteurs locaux autour d’un projet collectif, elles avancent vers l’objectif de 100 % énergies renouvelables, stimulant au passage le développement économique de leurs territoires.

Lire la suite de l’article et télécharger le rapport

Read Full Post »

Un article de Mediaterre Villes Durables

Dans un rapport intitulé, en français, “La vérité sur le changement climatique”, ces scientifiques s’alarment sur le fait que “Le réchauffement se produit maintenant et beaucoup plus vite que prévu”, comme l’a affirmé Watson, chef de fil de ces éminents climatologues et ancien président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Le document commence sur ce constat : “L’adoption de l’Accord de Paris représente une étape critique vers l’action climatique mondial. En Décembre 2015, tous les pays ont convenu pour la première fois pour aborder collectivement le changement climatique.
À partir de 2020, les actions seront mises en œuvre dans 195 pays pour combattre et s’adapter au changement climatique.

Sauf pour une poignée de pays, le changement climatique n’a pas été une priorité pour agir pendant près de deux décennies. En dépit des faits scientifiques solides, plusieurs excuses ont été utilisées pour justifier que l’action devrait être retardée:

  • Il y a des preuves accablantes que les impacts négatifs du changement climatique pouraient massivement occulter les aspects positifs; mais certains soutiennent qu’il ya encore des incertitudes scientifiques et que certains des effets du changement climatique pourraient être positifs.
  • L’inaction pour lutter contre le changement climatique implique des risques et des coûts plus élevés pour les personnes et le développement; Pourtant, certains soutiennent que les coûts de réduction des gaz à effet de serre (GES) seraient prohibitifs.
  • Le développement économique et social ne peuvent pas être atteints sans protection de l’environnement; mais certains soutiennent que le développement économique et social devrait avoir la priorité sur la protection de l’environnement mondial.
  • Il existe des preuves massives que nous souffrons déjà des effets négatifs des changements climatiques induits par l’homme; mais certains soutiennent que des mesures pour lutter contre le changement climatique pourraient être reportées car celui-ci n’adviendrait que dans le long terme.
  • Les responsabilités doivent être différenciées entre les pays car tous les pays n’ont pas contribué également au problème.
  • En outre, la manière de communiquer vers le public, sur le changement climatique a également contribué à retarder l’action.”

Pour en savoir plus (an)

Lire le rapport (an)
Consulter la source

Read Full Post »

L’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) a publié un document en juin 2014 présentant l’intérêt de proposer la démarche ÉcoQuartier aux collectivités du fait que ses objectifs rejoignent ceux du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU).

Il intègre également deux outils afin d’atteindre l’objectif de réaliser des projets d’aménagements durables : la méthode AEU2 développée par l’ADEME et la certification HQE™ Aménagement proposée par Certivéa.

 Extrait

« Le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) constitue une réelle opportunité pour renforcer les ambitions des projets financés par l’ANRU, notamment en matière de performance énergétique et de transition écologique des quartiers. Dans cette perspective, l’Agence souhaite promouvoir auprès des acteurs les principales démarches et méthodes portées à l’échelle nationale pour contribuer à la réalisation de projets d’aménagement durable. La démarche ÉcoQuartier, dont les ambitions rejoignent celles du NPNRU — objectifs communs de bien-vivre ensemble, de mixité sociale et fonctionnelle — sera ainsi proposée aux collectivités pour s’assurer d’une prise en compte transversale des enjeux de développement durable, de la conception des projets à leur mise en œuvre. Deux autres outils pourront être mobilisés : la méthode AEU2, développée par l’ADEME, aide les collectivités à construire leur projet en apportant un éclairage en termes de contenu, HQE™ Aménagement, proposée par Certivéa, certifie la qualité de la conduite de projet mise en œuvre par les aménageurs. Cette plaquette présente l’articulation et la complémentarité de ces différents outils, ainsi que leurs apports aux différentes étapes des futurs projets de renouvellement urbain. »

Lire la suite du document :
http://www.anru.fr/index.php/fre/Mediatheque/Publications/Le-3-en-1-des-outils-pour-la-ville-durable

Read Full Post »

La Lettre Stratégie de l’ADEME

Bien qu’important en volume, le surcroît d’investissement nécessaire au financement de la transition bas-carbone ne représente que 2,3% des investissements à venir dans l’économie française d’ici à 2035. Les évaluations macro-économiques montrent, d’autre part, que cette transition constitue un levier de croissance et de création d’emploi à court comme à long terme. L’accès des investisseurs (ménages et entreprises) à des crédits bancaires adaptés est cependant crucial pour maximiser les gains au niveau de l’économie dans son ensemble et éviter que les investissements relatifs à la transition bas-carbone se fassent au détriment d’autres dépenses. Même s’ils ne sont pas les seuls investisseurs, les ménages restent des acteurs importants de cette transition, en particulier dans le domaine du logement. Pour massifier le nombre et la qualité des travaux de rénovation énergétique, le développement d’une offre globale de type «service intégré de la rénovation énergétique» articulant aspects techniques et financiers est nécessaire. Plus généralement, les réflexions sur le reporting climat des institutions financières et des entreprises et sur les outils de réorientation de leurs stratégies vers une économie bas-carbone sont à soutenir. Ce 49e numéro de La lettre Stratégie fait ainsi le point sur les questions du financement de la transition énergétique et de l’ingénierie financière à développer à partir des travaux réalisés par l’ADEME dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale bas-carbone notamment.

Pour télécharger la lettre Stratégie de l’ADEME

 

Read Full Post »

Un article de Jacques Theys sur www.revue-projet.com

Vélorution, Alternatiba. Le Tour Alternatiba a parcouru 5000 km pendant l’été 2015 avec un vélo 4 places, pour mobiliser des dizaines de milliers de personnes autour des « vraies alternatives » au changement climatique dans la perspective de la COP21. © Christine Viale/Flickr

Vélorution, Alternatiba. Le Tour Alternatiba a parcouru 5000 km pendant l’été 2015 avec un vélo 4 places, pour mobiliser des dizaines de milliers de personnes autour des « vraies alternatives » au changement climatique dans la perspective de la COP21. © Christine Viale/Flickr

Associations et syndicats peuvent contribuer à une transition énergétique efficace et juste. En étant des passeurs entre des mondes qui ne se côtoient pas, en reliant enjeux de court terme et de long terme et en remettant au centre la dimension sociale.

Connaissez-vous l’histoire de l’éléphant blanc ? Six moines aveugles qui s’en allaient de Chine vers la Perse eurent la chance extraordinaire de rencontrer dans leur voyage un éléphant blanc. Ils l’entourèrent et le palpèrent du mieux qu’ils purent. Arrivés en Perse, il leur fut demandé de décrire cet animal très rare. « C’est un tronc d’arbre », dit le premier qui avait caressé la patte de la bête. « Non, c’est un long coquillage », dit celui qui s’était arrêté à la défense. « Pas du tout, dit le troisième qui avait su trouver la trompe, c’est un serpent. »

Pour la transition énergétique, c’est un peu la même chose. Pour les uns, ce sont les marchés ou taxes carbone ; pour d’autres, les bâtiments à énergie positive, le tout renouvelable ou les véhicules électriques ; pour d’autres encore, les villes en transition, la résilience généralisée, la frugalité heureuse… Chacun a « sa » solution.

Depuis une dizaine d’années et le début de la troisième crise du pétrole, les connaissances et les actions engagées pour construire une transition énergétique se sont multipliées. Pourtant, l’impression générale est que cela ne fonctionne pas. Il y a eu beaucoup de déconvenues : une taxe carbone avortée, un « Grenelle » qui n’a pas vraiment été mis en œuvre, de nouvelles filières qui ne sont pas parvenues à se stabiliser ou à se structurer, un débat public sur la transition resté dans la quasi-clandestinité en 2013, un texte de loi plusieurs fois reporté, des allers-retours sur le nucléaire des espoirs internationaux périodiquement déçus avant la Conférence de Paris… Plus largement, il est difficile d’y intéresser durablement l’opinion publique. Si, pour une majorité, c’est un sujet préoccupant, et si beaucoup commencent à adopter des pratiques différentes (vélo, covoiturage, économies d’énergie, etc.), très peu en font un enjeu prioritaire.

Lire la suite

Read Full Post »

Older Posts »