Feeds:
Articles

Archive for the ‘Biodiversité’ Category

La Métropole de Lyon s’est investie de longue date dans un engagement fort et pérenne sur la nature et le bien-être en ville. Préserver et protéger le vivant, animal comme végétal, constituent aujourd’hui des piliers de l’action de la Métropole en faveur de l’environnement et du développement durable. Cette publication sur le thème du « vivant […]

via LE VIVANT EN VILLE-NOUVELLES ÉMERGENCES – gouvernance, intensité urbaine, agriculture et animalités urbaines — Urbanisme – Aménagement – Fiscalité

Read Full Post »

Un article de construction21.org

La série d’articles Tendances Green City Solutions Awards a pour ambition de vous présenter les solutions remarquables, implémentées dans les réalisations urbaines qui participent au concours.

Jardins partagés :

Le jardin partagé est un espace vert cultivé et animé par les habitants. C’est un lieu de vie ouvert sur le quartier qui favorise les rencontres entre générations et entre cultures. Géré par des riverains regroupés en association, il facilite les relations entre les différents lieux de vie du quartier.

Ginko a mis en place des jardins partagés au sud du quartier. Chacun de ces jardins est un support de lien social et d’éducation à l’environnement. Ils deviennent prétextes à des rencontres autour du jardinage, d’un barbecue, d’une partie de pétanque ou de jeux d’enfants, et permettent l’élaboration des petites solidarités du quotidien.

Le jardin partagé vecteur de lien social en zone urbaine:

Il en est de même pour les quartiers de Fréquel-Fontarrabie et la ZAC Beauséjour qui ont su créer des espaces d’échanges et d’apprentissages grâce à ces espaces collectifs, qui sont également vecteurs de lien social et qui apportent de la biodiversité au sein du quartier.

Retrouvez également :

Consulter la source:

Read Full Post »

Un article d’Alterea sur constrution21.org

La résidence Les Héliades dans le quartier des Hauts de Saint-Aubin, au nord d’Angers fait partie des 5 projets lauréats du Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA) suite à un appel à candidatures intitulé « Vers des bâtiments à énergie positive ».

Cette opération de 57 logements locatifs est le résultat d’une réponse commune faite entre l’Immobilière Podeliha et la Sodemel, aménageur du site, dont l’objectif est de créer un environnement paysager dans lequel vient s’insérer le bâti. La finalité est de produire des bâtiments qualitatifs, performants, à coût maîtrisé et répondant aux usages et modes d’habiter des locataires. La livraison des premiers logements est attendue pour janvier 2017.

Un article d’Alterea sur construction21

Read Full Post »

Le 93e numéro du Mag ADEME & VOUS se penche sur le futur de la forêt et de la filière biomasse en France. Alors que la préservation de l’environnement et la montée en puissance des énergies renouvelables deviennent des enjeux de plus en plus pressants, les ressources forestières offrent de nombreuses possibilités. Depuis plusieurs années, l’ADEME contribue activement à renforcer la mobilisation de ces ressources, en particulier le bois énergie, enjeu clé de la stratégie française sur les énergies renouvelables.

Source: Fédération nationale du bois

À lire aussi dans le Mag :

  • Décryptage : « Le contexte actuel joue en faveur de l’hydrogène » — Daniel Clément, Directeur scientifique adjoint de l’ADEME
  • Recherche : Bioéconomie : renforcer les filières de demain.
  • Faits et chiffres-clés : Le solaire photovoltaïque.

Lire le Mag ADEME & VOUS n° 93

Read Full Post »

Un article de www.lemondialdubatiment.fr

Rénovation de Challenger.
Jardins filtrants et jardins en friche.
Guyancourt le 31 août  2011

Aménagement urbain, construction de bureaux ou de logements, l’écologue joue un rôle de plus en plus important dans nos villes. Olivier Lemoine, écologue chez Elan, explique le bien fondé de ce nouveau métier.

Olivier Lemoine, qui êtes-vous ?

Je suis écologue pour la société Elan, une filiale de Bouygues Bâtiment Ile-de-France. Je suis chef du pôle Biodiversité rattaché à la construction durable. J’ai une double formation universitaire en Sciences de l’Environnement et en Ecologie Scientifique. En 1986, après mes études, j’ai créé l’un des premiers bureaux d’étude en ingénierie écologique, qui m’a donné l’opportunité de travailler sur des études d’impacts de projets, de conservation d’espaces naturels, d’aménagement du territoire… Au bout de 21 ans, j’ai revendu ma société à Elan. C’est très intéressant de changer de milieu, d’aborder les aspects bâtiment, écologie urbaine, aménagement de la ville etc.

Lire la suite sur www.lemondialdubatiment.fr

Read Full Post »

Un article de la Ville de Paris

L’adjointe à la maire de Paris en charge des espaces verts, de la nature et de la biodiversité, Pénélope Komites, a présenté au Conseil de Paris (29,30 juin et 1er juillet) le « permis de végétaliser ». L’objectif de la mandature est de 100 hectares de toits, murs et façades végétalisés d’ici 2020, dont un tiers consacré à l’agriculture urbaine.

Vous pouvez demander votre permis de végétaliser. Présenté au Conseil de Paris des 29 et 30 juin, le permis de végétaliser est un nouveau dispositif qui permet à chacun de devenir acteur de la végétalisation de Paris.

Avec l’opération « du vert près de chez moi » et le budget participatif, les Parisiens sont nombreux à exprimer leur envie de développer et renforcer la place de la nature dans la ville. Si vous rêvez de devenir le jardinier ou la jardinière de votre quartier, le permis de végétaliser est fait pour vous ! Il vous permet de disposer d’un site de votre choix, et surtout, de vous occuper vous-même de ce petit bout de jardin inédit.

Lire la suite sur www.paris.fr

Read Full Post »

Un article de Frédéric Barbe sur metropolitiques.eu

Souvent mis en avant pour ses problèmes d’insécurité, Marseille est surtout une ville « sauvage » du point de vue de la place qu’y occupe depuis longtemps la nature. Dans son ouvrage, Baptiste Lanaspeze invite plus largement, à partir du cas de la cité phocéenne, à développer la réflexion en termes d’écologie urbaine, c’est-à-dire à penser les relations entre hommes et nature dans l’espace urbain.
 

Lanaspeze, B. et Mathieu, G. (photographies), Ville sauvage : Marseille. Essai d’écologie urbaine, Paris, Actes Sud, 2012.

Le projet de l’ouvrage Ville sauvage : Marseille. Essai d’écologie urbaine est simple et astucieux : penser et expliquer les conditions générales d’une « écologie urbaine » à partir d’une étude de cas située et à fort capital symbolique, le territoire marseillais. Celui-ci, avec ses acteurs, ses différentes échelles de temps et d’espace, est envisagé comme un haut lieu à la fois de l’urbain, mais aussi d’une pensée non dualiste du territoire ancrée dans la vie sociale. Dans le fond comme dans la forme, Baptiste Lanaspeze offre un ouvrage stimulant que nous dirions volontiers d’éducation populaire, référencé, exigeant, mais aussi situé et fondé sur le compagnonnage et l’expérience des lieux par la marche. La partie la plus académique du livre est encadrée d’un cahier photographique et d’une série de témoignages d’acteurs co-écrits avec l’auteur. Ce triptyque se complète habilement et permet une lecture facile. Ce projet d’écrire l’écologie urbaine dans une langue simple et accessible, au-delà du cercle restreint des professionnels du projet urbain, participe aussi du dépassement des nouveaux moralismes écologiques comme du dualisme homme–nature. Il invite le lecteur à la réappropriation de la nature au sein même de la civilisation urbaine. Baptiste Lanaspeze est auteur, marcheur, philosophe et éditeur [1]. Il a également travaillé à Radio Grenouille – une radio associative marseillaise – puis il a créé avec un collectif d’artistes-marcheurs le sentier de randonnée urbaine GR Marseille 2013 lors de l’événement « Marseille Provence 2013 – Capitale européenne de la culture ». Le projet du livre s’inscrit donc typiquement dans une approche « glocale », où la pensée systémique s’adosse aux terrains réels de l’auteur, ici le terrain d’un investissement habitant et culturel sur la durée.

Lire la suite sur metropolitiques.eu

Read Full Post »

Un article de T.L. – lemoniteur.fr

Mur végétalisé rue d'Aboukir à Paris

© Groume – CC Flickr – Mur végétalisé rue d’Aboukir à Paris

En juillet 2014, la mairie de Paris a invité les habitants de la capitale à signaler des lieux végétalisables. 1500 idées ont été proposées.

Des murs végétalisés, des lieux pour pots, bacs à fleurs et plantation d’arbres, des jardinières pleine terre… Du 15 juillet au 25 septembre, la mairie de Paris a lancé un appel aux propositions des habitants, intitulé « Du vert près de chez moi», pour recenser de nouveaux lieux à végétaliser. 209 projets, sur plus de 1500 idées, ont été retenus. Ils seront mis en œuvre dès 2015. Un quart de ces projets fera l’objet d’un entretien participatif, qui permettra d’associer pleinement les habitants.

Lire la suite sur lemoniteur.fr

Read Full Post »

Comment Singapour parvient à intégrer la biodiversité à la vie urbaine
Traduction par Fanny Blanc de l’article de Grace Chua publié le 23/01/2015 sur Citiscope.org,

Un héron bleu vole au-dessus de la baie de Singapour. (Xinhua/Then Chih Wey/Landov)

SINGAPOUR — Pour découvrir de nouvelles espèces végétales et animales, cette métropole de plus de 5 millions d’habitants est pleine de ressources.
Il y a un an, un arbre fin et ligneux connu sous le nom d’Alangium ridleyi, alors pensé disparu a été découvert, caché au plein milieu des populaires jardins botaniques de Singapour. Plus tard, en mai, des chercheurs ont trouvé une espèce d’arbuste complètement nouveau pour la science, arrivant à la hauteur de genou et appelé Hanguana neglecta. Il a été remarqué juste à côté d’un chemin dans une réserve naturelle.
Et les derniers lopins de terre où la forêt marécageuse a encore ses droits, où des eaux brunes riches en minéraux coulent, sont apparus comme une niche pour des figuiers étrangleurs, considérés jusqu’alors comme éteints. Autre découverte inédite pour Singapour : cette forêt s’est aussi révélée abriter une espèce de serpents vivant dans la boue. Ces découvertes n’ont pas seulement ravi les biologistes. Elles ont aussi permis de motiver l’imagination des habitants, fascinées d’apprendre que leur jungle urbaine est de fait, une vrai jungle. (more…)

Read Full Post »

Un article de NovaSIRHE

Réuni à Amsterdam du 28 octobre au 1er novembre 2014, le GIEC a publié la synthèse finale du 5ème rapport d’évaluation concernant les changements climatiques, à l’attention des décideurs.

Les changements sont observés au niveau de la température, de l’acidification des océans, de la fonte des glaciers, de l’élévation du niveau de la mer et de la concentration des gaz à effet de serre (GES). Les changements à venir dépendront de l’évolution des émissions de GES et de leur concentration dans l’atmosphère. Quatre profils sont présentés, dont deux « centraux » sans stabilisation immédiate des émissions à un niveau compatible avec la capacité naturelle de la terre à absorber les GES (RCP4.5 et RCP6.0).

Les émissions annuelles sont estimées à 35 GtCO2, soit 350 GtCO2 supplémentaires injectées dans l’atmosphère par décennie. Les émissions cumulées de GES d’origine humaine dans l’atmosphère passeront de +1500 GtCO2 en 2010 par rapport à la période pré-industrielle (1870) à +3000/3400 GtCO2 en 2050 et +4600/5200 GtCO2 en 2100. (more…)

Read Full Post »

Older Posts »