Feeds:
Articles

Archive for the ‘USA’ Category

Un article de lemoniteur.fr

Le lancement, le 7 septembre, par Apple, de son nouveau système d’exploitation pour mobile iOS 10 ouvre la voie au déploiement d’HomeKit, sa passerelle domotique qui pilote la maison connectée. La nouvelle application Home permettra de centraliser le pilotage des appareils connectés compatibles et, notamment, de les commander par la voix.

Il aura fallu deux ans à Apple pour offrir à HomeKit, sa passerelle de communication pour objets connectés de la maison, la technologie nécessaire à son déploiement. Le 7 septembre, lors de sa traditionnelle conférence de rentrée, le géant américain a dévoilé iOS 10*, la nouvelle version de son système d’exploitation mobile. L’un des principaux atouts pour le monde du BTP est la nouvelle application mobile dédiée « Maison », qui permet enfin à l’utilisateur de piloter les objets connectés de son logement avec son smartphone, sa tablette ou sa télévision. L’application, bien évidemment conçue pour s’inscrire dans un écosystème Apple existant, centralise toutes les commandes pour faire fonctionner ensemble ou séparément les appareils connectés de différents fabricants.

Lire la suite sur lemoniteur.fr

Read Full Post »

Un article de lemoniteur.fr

Elon Musk, fondateur de Tesla et nouveau président du conseil d’administration de l’entreprise américaine SolarCity, spécialisée dans la conception et l’installation de panneaux photovoltaïques, a annoncé travailler sur une toiture intégralement solaire.

Après la voiture électrique avec Tesla, l’américain Elon Musk veut désormais révolutionner le solaire photovoltaïque. Récemment devenu le président du conseil d’administration de la société américaine SolarCity, l’entrepreneur-star a dévoilé, le 9 août, son ambition dans le domaine lors d’une conférence téléphonique avec des investisseurs relayée par le média Electrek : une toiture intégralement constituée de panneaux solaires. Elon Musk a ainsi évoqué « un toit photovoltaïque en lieu et place de simples modules photovoltaïques disposés sur le toit ». Le PDG de SolarCity, Lyndon Rive, a confirmé les travaux en cours sur un produit directement intégré à la toiture du bâtiment. « Proposer une belle toiture est un élément primordial pour réussir à avoir une stratégie produit différenciante, a abondé Elon Musk. Il ne s’agit plus d’avoir un élément photovoltaïque sur le toit, mais le toit lui-même ». Le fondateur de PayPal, SpaceX et Tesla n’en a pas dit davantage sur les spécificités techniques de cette « toiture photovoltaïque ».

Lire la suite sur lemoniteur.fr

Read Full Post »

sur urbanews.fr

 La ville de New York est connue pour être une ville qui s’érige vers le ciel. Les constructions n’en finissent pas et se doivent aujourd’hui de devenir durables. Un nouveau projet colossal et respectueux de l’environnement est en train d’éclore sur l’île de Manhattan.

C’est à l’Ouest de Midtown, entre la 30ème et la 34ème rue et entre la 10ème et la 12ème avenue, au cœur de Manhattan, que se construit le plus grand quartier jamais réalisé par un groupement de constructeurs Américains privés… D’une superficie de plus de 1,2 million de mètres carrés il accueillera chaque année 24 millions de personnes , riverains, salariés ou encore visiteurs. L’Hudson Yard comprendra 5 000 logements, 5 immeubles de bureaux , 100 commerces, 150 chambres d’hôtel, des lieux culturels ou sportifs, une école mais aussi des espaces verts sur plus de 5 hectares. Les premiers magasins ouvriront dès 2015.

Image 5

Hudson Yards – New-York

Read Full Post »

Un article d’E.V. sur lemoniteur.fr

Le 18 août, le géant américain Google a lancé le projet « Sunroof », une nouvelle application qui permet de calculer le potentiel photovoltaïque du toit d’un logement grâce à la cartographie aérienne et les statistiques météorologiques.

Lire la suite sur lemoniteur.fr

Read Full Post »

Un article d’Edouard Malsh sur www.urbanews.fr

Burlington, la plus grande ville de l’État du Vermont situé au Nord-Est des , serait devenue, début 2015, la première ville du Pays à être exclusivement alimentée grâce à des énergies renouvelables. Une petite révolution dans un pays où le bilan carbone demeure particulièrement élevé.

C’est la concrétisation d’un projet initié par la ville bordant le lac Champlain dès les années 90′. Celle-ci s’était notamment donnée comme objectif de produire une énergie plus « locale » et la plus propre possible, en investissant 11,3 millions de dollars pour financer un premier programme de développement des sources d’énergies durables. La ville a notamment pris la décision de fermer une centrale thermique fonctionnant au charbon, pour la remplacer par une unité de valorisation énergétique de la biomasse. Cette centrale fonctionne grâce aux nombreuses chutes de bois provenant de tout l’État du Vermont. Cet État également surnommé The Green Mountain State ou « L’État des montagnes vertes », dispose d’une ressource forestière extrêmement importante.

Lire la suite sur urbanews.fr

Read Full Post »

Traduit par Fanny Blanc depuis l’article de Lauren Golightly publié sur GSP le 9 Mars 2015.

View of Golden Gate Bridge and San Francisco Bay, San Francisco, California

Encerclée d’eau,  San Francisco attend, tel un sacrifice, de se faire engloutir par l’océan Pacifique. Nous sommes en 2072 et San Francisco est une île. Le centre-ville a été effacé et l’embourgeoisement de Mission District s’est enfin calmé au fond du « golfe Mission ». Ce qui était autrefois une puissante ville technologique est désormais une enclave de baies, lagons et d’îles. C’est le futur de San Francisco si des mesures proactives ne sont pas prises pour adresser l’impact de la hausse du niveau des océans.

Depuis plus d’un siècle, les niveaux marins ont augmenté de 10 à 20 cm à cause du réchauffement climatique. Il est difficile de prédire le futur niveau de la mer mais des études indiquent une hausse de 0,8 à 2 mètres avant 2100. Malgré ces évolutions dans les statistiques du climat, les États-Unis continuent  de placer le réchauffement climatique au bas de la liste des priorités.

San Francisco est connu pour sa prévention contre les tremblements de terre, grâce à ses designs résilients, mais comment la ville va-t-elle se préparer à la montée des niveaux marins ? Comment une ville se prépare-t-elle à un événement irréversible ? (more…)

Read Full Post »

Un article de Christophe Magdelaine sur notre-planete.info

Topaz centrale solaire

DR – La centrale solaire Topaz, en construction

 

La plus grande et la plus puissante centrale solaire du monde vient d’être connectée au réseau électrique en Californie (Etats-Unis). Avec l’installation des 40 derniers mégawatts, cette centrale solaire a désormais une puissance de 550 MW. Réalisée par First Solar, l’un des leaders mondiaux dans la fabrication de panneaux solaires, la construction de la ferme solaire Topaz a débuté en 2011, dans le comté de San Luis Obispo, en plein désert californien. Au total, la centrale solaire californienne est capable de délivrer 550 megawatts de puissance, c’est l’équivalent d’un réacteur nucléaire. Elle fournit ainsi suffisamment d’électricité pour alimenter 160 000 foyers. Cette prouesse technologique occupe une surface de 25 kilomètres carrés – un quart de la taille de Paris – et se compose de neuf millions de panneaux solaires surélevés de seulement 1,7 mètre, ce qui limite l’impact sur le paysage.

Lire la suite sur www.notre-planete.info

Read Full Post »

Un article de Valéry Laramée de Tannenberg paru sur http://www.journaldelenvironnement.net

Outre la mise en place d’une ambitieuse politique d’atténuation, la mégapole américaine se prépare activement à la montée du niveau de la mer.

 

La capitale économique américaine est l’une des premières métropoles planétaires à mettre en œuvre une stratégie climatique globale. Sous la dernière mandature du charismatique Michael Bloomberg, la Grosse pomme s’est doté d’un plan de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre: réduction d’un tiers de ses rejets de CO2. Ambitieux, si l’on garde en tête que la première ville des Etats-Unis prévoit d’accueillir un million d’habitants supplémentaires d’ici à 2030.

Pour atteindre son but, New York entend réduire le facteur carbone de l’électricité qu’elle consomme (actuellement 306 grammes de CO2 au kilowattheure, comme en Europe), construire 314.000 logements consommant peu d’énergie à proximité des réseaux de transports publics, planter un million d’arbres et accroître la valorisation des déchets.

Lire la suite sur www.journaldelenvironnement.net

 

Read Full Post »

 Un article de Next City traduit par Fanny Blanc – Paru le 8 Janvier 2015

Discovery Green à Houston (Photo de David A. Brown Photography)

 

Même si les bénéfices que procurent les parcs en ville sont largement reconnus, les départements de parcs municipaux des Etats-Unis luttent de plus en plus face à des budgets serrés.

En 2008, les responsables des parcs de Philadelphie indiquaient que le coût de fonctionnement des parcs municipaux se situait autour de 30 millions de dollars par an. Or, le département des parcs et loisirs ne dispose que d’un budget de 51,8 millions de dollars, un chiffre qui pose problème aux locaux, qui en voudraient plus. «C’est imprudent et irréfléchi de ne pas donner à ce département ce qu’il mérite», déclarait l’année dernière Lauren Bornfriend, directrice exécutive des parcs de Philadelphie.

La bonne nouvelle est que les responsables des parcs savent se montrer plus qu’innovants et imaginent de nouvelles façons de financer leurs parcs. (more…)

Read Full Post »

Un article de John Sapporo sur LE MONITEUR.FR

Le coût du « Garden Bridge » s’élève à plus de 200 millions d’euros

© Arup / Heatherwick Studio – Le coût du « Garden Bridge » s’élève à plus de 200 millions d’euros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Solutions pour apporter de la nature dans les villes où les terrains disponibles se font rares, des projets de « parcs offshore » voient le jour à Londres, New York et Washington. A quand un jardin suspendu au-dessus de la Seine ?

Passer du sud au nord de Londres, en traversant la Tamise au milieu d’une bande de forêt de 400m, voilà ce que propose l’agence d’architecture et de design de Thomas Heatherwick. Ce dernier, habitué à des projets de moins grande envergure comme le dessin du nouveau bus à deux étages londonien ou la conception d’un pont piéton déroulant, s’est associé aux ingénieurs du prestigieux bureau d’études anglais Arup et à leur compatriote paysagiste Dan Pearson, pour concevoir un parc offshore dont la surface serait équivalente à celle d’un terrain de football. L’équipe de maîtrise d’œuvre fait valoir que leur pont végétal « facilitera les déplacements des Londoniens », « attirera des touristes », « participera au rayonnement de Londres dans le monde » et « permettra la création d’activité et d’emplois ».

Lire l’article complet sur lemoniteur.fr

 

Read Full Post »

Older Posts »