Feeds:
Articles

Archive for the ‘Europe’ Category

www.observatoirevillesvertes.fr

Observatoire des villes vertesL’Unep – les entreprises du paysage – et Hortis, organisation rassemblant les responsables d’espaces nature en ville, ont décidé de s’associer pour créer l’Observatoire des villes vertes. A l’heure de la « ville sensible », nouveau paradigme urbain au sein duquel le végétal est appelé à jouer un rôle croissant, l’Unep – les entreprises du paysage – et Hortis souhaitent, avec cet Observatoire, développer la réflexion sur les perspectives de la ville verte en France et promouvoir le foisonnement d’initiatives végétales en milieu urbain. Ainsi, un panel d’experts, composé d’une vingtaine de cadres territoriaux, a été mis en place pour nourrir la réflexion sur ces sujets-clés.

Comment mieux appréhender les enjeux de la ville verte en France ? A quelles problématiques actuelles les villes Françaises sont-elles confrontées en matière de gestion des espaces verts ? Quels sont les projets-phares en cours et à venir ? Quelles sont les tendances en matière d’aménagements paysagers ? Y a-t-il des expérimentations ou innovations prometteuses ? Quelles sont les initiatives végétales emblématiques en milieu urbain ?

Vers le site web

Read Full Post »

Une publication de l’APUR

PARK(ing) DAY 2014 © Apur - D. Boureau

En 2016, les travaux de l’Apur sur l’espace public ont étudié les possibilités d’aménagement et de nouveaux usages de l’espace public à partir des lieux singuliers et de petite échelle formé par le réseau des passages, des retraits et des places de quartier.

L’étude conduit à proposer une « stratégie de la petite échelle » autour de ces lieux, selon leur nature et sur l’ensemble de Paris, avec pour objectif :

  • l’identification de lieux à valoriser dans les quartiers ;
  • la multiplication d’aménagement et d’expérimentation par des actions propres à chaque type de lieu ;
  • l’accompagnement à la mise en œuvre de la stratégie Paris piéton, du plan Vélo, des Parcours sportifs et du Budget participatif.

Pour télécharger l’étude

 

Read Full Post »

Développer des services dans les gares TERUne étude du CEREMA

À se focaliser sur les profondes mutations que connaissent les grandes gares, situées à Paris ou dans les grandes métropoles, on en oublie que les gares TER constituent un enjeu fort pour le quotidien de centaines de milliers de Français et deviennent, elles aussi, des lieux d’expérimentation pour le développement de services. Conciergeries, paniers fraîcheur, maisons du vélo, tiers-lieux du travail… une diversité d’offres s’installe dans ces gares, et contribue à en faire des lieux de vie, animés et agréables.

C’est de cette dynamique que rend compte cet ouvrage. À travers la restitution des premiers enseignements de projets menés dans les gares TER et la présentation détaillée de huit expériences contrastées, l’ouvrage a pour ambition de donner aux acteurs locaux des repères et des idées pour développer des services dans leur gare.

Pour télécharger l’étude

 

Read Full Post »

Un dossier de mobilservice.ch

Extrait cartographique de l'application Nordwestmobil à Bâle (Source: CarPostal)

Extrait cartographique de l’application Nordwestmobil à Bâle (Source: CarPostal)

Les planificateurs multimodaux d’itinéraires permettent d’organiser des trajets porte-à-porte de manière personnalisée en tenant compte des modes de transport les plus économiques, les plus rapides ou adaptés aux besoins individuels de chacun. Nombre d’applications de ce type sont déjà sur le marché ou sont en cours de développement. À l’automne 2016, nous présentions déjà l’outil RouteRANK, qui offre des solutions sur mesure aux entreprises et aux organisateurs d’événements (p.ex. les calculateurs de voyage du TCS et de Comparis). Depuis décembre 2016, on peut comparer plusieurs options de transport avec le planificateur des CFF. Les alternatives de voyage avec les transports publics, les transports individuels motorisés, le vélo, la marche, l’autopartage (Mobility) et le vélopartage (Publibike), et leurs différentes combinaisons, peuvent être consultées, comparées et réservées en temps réel. L’application permet par exemple de combiner un trajet en train avec une voiture Mobility, de réserver et de payer directement. La version finalisée de ce planificateur intelligent doit être encore lancée cette année.

Lire la suite sur mobilservice.ch

Read Full Post »

Un article de sur http://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr
© Julien Chaillou |

Visa vert à Marseille, jardins de rue au Havre, permis de végétaliser à Bordeaux ou Paris : pour encadrer l’engouement des habitants pour la végétalisation, les villes rivalisent d’ingéniosité. Le point sur les meilleures pratiques et les écueils à éviter.

Et si l’une des missions futures des services voiries des collectivités ne consistait plus à débroussailler les trottoirs mais à aider les habitants à les verdir ? Un peu partout en France, les projets de végétalisation participative se multiplient. Longtemps cantonnée à quelques cercles de pionniers, la dynamique s’accélère. Les premiers sont rodés : à Rennes par exemple, pionnière sur le sujet, la direction des jardins s’est habituée à traiter les demandes d’habitants soucieux de verdir leur quartier ou le trottoir qui borde leur maison. C’est-à-dire, en premier lieu, à en vérifier la faisabilité. Une fois l’étape franchie, elle finance le découpage du bitume, évacue les gravats, apporte la terre. Et délivre en retour un cahier des charges à respecter. De petites communes aussi s’y mettent, ces derniers jours Saint-Omer, par exemple, dans le Pas-de-Calais, en s’appuyant sur l’initiative des Incroyables Comestibles, dont la vocation est légèrement différente mais le succès, là aussi, indéniable.

Lire la suite

Read Full Post »

Un dossier Mobilservice.ch

Travel Smart: réduire les pics de trafic et mieux exploiter les capacités (Photo: CFF)

La plateforme suisse de dialogue “Avenir Mobilité / Zukunft Mobilität” proposait le 28 février dernier à Berne une troisième rencontre sur les contraintes de capacités. Près de 150 hauts représentants d’Offices fédéraux, d’entités nationales et d’associations ont examiné et discuté les défis actuels et à venir de notre système de transport. En parallèle à la construction de nouvelles infrastructures et au renforcement de leur efficacité grâce aux nouvelles technologies, le focus portait sur l’influence de la demande de transport. Ces mesures ont pour but de supprimer ou de lisser le trafic aux heures de pointe. “Il n’est en effet pertinent ni sur le plan économique, ni sur le plan écologique de dimensionner les réseaux de transport en fonction d’heures de pointe de courte durée”, comme le commentait le modérateur Hans Werder (Président d’Avenir Mobilité).

Lire la suite

Read Full Post »

Un article de Laurent Matthey pour la revue traces.ch

En collaboration avec l’ASPAN-SO, la revue Tracés propose en lecture gratuite deux articles de chaque édition des cahiers de l’ASPAN produits deux fois par année et distribués avec la revue Tracés. Cette semaine, l’article du géographe Laurent Matthey se penche sur les politiques urbaines en matière de loisirs et leurs influences sur les manières de produire du territoire.

Ambiance festive et espace public, Zurich

En un peu plus d’une trentaine d’années, les villes sont devenues des destinations légitimes d’un certain1 tourisme de masse. Parallèlement, elles se transforment, pour leurs habitants, en lieux d’exploration permettant d’en découvrir des aspects méconnus et exotiques. A un autre niveau, des activités autrefois réservées à des intérieurs se déversent sur l’espace public: on y expose des œuvres d’art, on s’y consacre aux activités sportives, on y joue du piano. Lentement, les loisirs colonisent la ville, modifiant notre manière d’y vivre. Or cette colonisation n’est pas spontanée. Elle est l’œuvre de stratégies territoriales, de politiques urbaines. Si celles-ci accroissent la qualité de vie des ensembles urbains de ce début de 21e siècle, elles participent aussi d’une forme d’intensification de l’usage de l’espace public. Plus fondamentalement, elles transforment les manières de faire l’urbanisme et de produire du territoire.

Lire la suite

Read Full Post »

Un article de Jean-Philippe Defawe sur lemoniteur.fr

Visite du chantier de la nouvelle gare TGV qui a été inaugurée le 17 mai et découverte de la gare routière interurbaine et de la passerelle reliant le nord de la ville au centre-ville, animations, spectacle de rue sur le thème du voyage, plongeon dans l’univers ferroviaire avec une maquette interactive «grand format», café-chantier, photocall, réalisation d’une fresque, visite virtuelle du nouveau quartier Lorient Odyssée dans un espace vidéo immersif, etc., la Ville de Lorient a mis les petits plats dans les grands pour sensibiliser et informer ses habitants. Car cette nouvelle gare est un projet majeur pour une agglomération qui compte quasiment autant d’habitants que Brest, déclarée «métropole» récemment. «C’est un projet phare car il répond à plusieurs enjeux majeurs: la mobilité, l’économie, l’urbanisme, le logement, etc.» explique Norbert Métairie, maire de Lorient et président de Lorient Agglo.

Lire la suite

Read Full Post »

Une publication gratuite du CEREMA

Quels espaces publics pour les écoquartiersLes démarches d’écoquartiers cherchent à renouveler la fabrique du projet urbain en affichant des ambitions plus poussées en matière de développement durable. Qu’en est-il de leurs espaces publics ? Ces nouvelles perspectives apportent-elles un réel renouveau dans leur conception ? Les convergences des enjeux sociaux, paysagers, économiques, énergétiques et écologiques ont-elles abouti à d’autres formes, d’autres usages, d’autres modes de faire l’espace public ?
Cet ouvrage se veut exploratoire, cherchant à déceler des pratiques innovantes dans les écoquartiers. Mais il vient aussi rappeler les fondamentaux que tout projet urbain doit intégrer dans la conception de ses espaces publics, et que certaines démarches, trop focalisées sur d’autres ambitions, pourraient négliger. Une sélection de quartiers durables réalisés a servi de matériau à cette analyse, aboutissant à l’identification et la formalisation de messages essentiels au process de fabrication de l’espace public. Organisées selon 6 grands thèmes structurants (armature, paysage, nature, mobilités, pratiques, innovation), 20 préconisations forment les chapitres de ce document, illustrées à chaque fois par un ou plusieurs exemples de projets d’aménagement. Loin d’être un guide opérationnel de conception des espaces publics, les préconisations proposées sont avant tout un outil de sensibilisation et viennent enrichir la réflexion des porteurs de projet et des professionnels qui les accompagnent. Cet ouvrage s’adresse ainsi à tous les acteurs, publics comme privés, maîtres d’ouvrage comme maîtres d’oeuvre, qui participent à l’élaboration d’espaces publics. Il contribue en cela à une véritable culture commune du projet urbain.

Pour télécharger l’ouvrage

Read Full Post »

Une interview de Catherine Puiseux par Laure de Biasi et Corinne Ropital sur iau-idf.fr

Changer le système alimentaire, c’est possible : La Louve relève ce défi avec l’implantation parisienne d’un magasin d’un genre nouveau, inspiré d’une initiative new-yorkaise. Doté de produits de qualité, à prix réduits, en majorité bio, locaux ou artisanaux, tout le monde peut y faire ses courses à condition d’être coopérateur et de participer au fonctionnement du magasin.

Une interview de Catherine Puiseux, coopératrice impliquée depuis 2013

Qu’est-ce-que La Louve ?

La Louve est un supermarché coopératif et participatif, installé dans le quartier Amiraux-Simplon, dans le 18e arrondissement de Paris. Le principe coopératif se traduit par le réinvestissement des éventuels bénéfices au service du collectif, et par une voix donnée à chaque membre lors de l’assemblée générale. Sur l’aspect participatif, les coopérateurs contribuent au fonctionnement du magasin, trois heures toutes les quatre semaines, aux côtés d’une petite équipe de salariés. Seuls ses membres peuvent acheter dans le magasin. L’objectif est de rendre accessible à tous des produits de qualité à des coûts moindres, de créer des échanges et de la solidarité. 3 300 membres sont coopérateurs et les demandes affluent en masse. Le nombre de participants est inhérent au projet : il permet de baisser les prix grâce aux volumes d’achats. Nous espérons à terme proposer des produits 30 à 40 % moins chers qu’ailleurs.

Lire la suite sur iau-idf.fr

Read Full Post »

Older Posts »