Feeds:
Articles

Archive for the ‘Mobilité’ Category

Un article du monde.fr

Deux nacelles, permettant de traverser la Penfeld, le fleuve qui sépare la ville en deux, pourront transporter 1 850 personnes par jour.
Le téléphérique urbain de Brest, qui permet de traverser la Penfeld, le fleuve qui sépare la ville en deux, a été inauguré le 19 novembre.

Le téléphérique urbain de Brest, qui permet de traverser la Penfeld, le fleuve qui sépare la ville en deux, a été inauguré le 19 novembre. FRED TANNEAU / AFP

Le téléphérique urbain de Brest a été inauguré en présence de la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, samedi 19 novembre. Il permet de traverser la Penfeld, le fleuve qui sépare la ville en deux. Les deux nacelles, qui devaient être intégrées samedi matin au réseau de transports en commun de l’agglomération brestoise, sont les premières en France à fonctionner en milieu urbain.

D’une surface de 13 m2, les deux habitacles, ovales et entièrement vitrés, offrent une vue à 360 degrés sur la ville, sa rade, son port, son château du XVIIsiècle, sa base militaire et les Capucins, ancien site industriel militaire en cours de réhabilitation. Les deux cabines peuvent transporter jusqu’à 60 personnes chacune et fonctionner avec des vents de près de 110 km/h. Une partie des vitres des cabines se teinte à l’approche d’habitations afin de préserver l’intimité de leurs résidents, et un hublot placé au sol offre une vue originale sur la Penfeld, 70 mètres plus bas.

Lire la suite sur lemonde.fr

Read Full Post »

Un article de lemondialdubatiment.com

Le straddling bus en Chine

Le bus du futur anti-pollution et anti-bouchon pourrait voir le jour en Chine

Le straddling bus moins cher que le métro

La Chine est en proie à des embouteillages monstres et pour faire face à la pollution qui en découle, la China TBS Limited a présenté au dernier salon high-tech de Pékin, un moyen de transport hybride, à mi-chemin entre le bus et le tramway. Le straddling bus, traduisez « le bus chevauchant », a été conçu pour rouler à l’électricité et remplacerait l’équivalent de 40 bus ! Moins cher à construire qu’un métro, le straddling bus mesure deux voies de circulation (7 mètres) et passe au-dessus des véhicules d’une hauteur maximale de 2,10 mètres.

D’une longueur de 60 mètres, il pourrait transporter jusqu’à 1 400 passagers et rouler à 65 km/h, à environ cinq mètres au-dessus du sol. Il permettrait ainsi d’économiser 800 tonnes d’essence par an et 2500 tonnes d’émissions de CO2.

En cas d’accident, le bus chevauchant est équipé d’un système de freinage d’urgence, d’un panneau qui bloque la circulation à l’arrière et les passagers auront la possibilité de descendre par des toboggans semblables à ceux des avions !

Lire la suite

Read Full Post »

Un article de mobilservice.ch

Dans la foulée de Neuchâtel, Vaud et Genève viennent de publier un nouveau guide en français et en anglais sur les plans de mobilité à l’attention des entreprises et des institutions. Organisé autour d’un recueil de bonnes pratiques proposées par le bureau Mobilidée et illustrées par des exemples des deux cantons, le guide met l’accent sur l’importance des efforts communs à réaliser du côté des autorités mais aussi des employeurs pour relever les défis posés par la croissance de la Métropole lémanique en termes de mobilité ces prochaines années. Accueillant 1,2 millions d’habitants aujourd’hui, elle en attend 85’000 de plus à l’horizon 2030.

Lire la suite sur mobilservice.ch

Télécharger le guide

Read Full Post »

Un dossier de mobilservice.ch

Trajet en commun avec des gens sympathiques (photo: CarPostal Suisse SA)Se déplacer en commun permet non seulement de réaliser une économie de place dans le trafic roulant et en termes d’offres de stationnement, mais aussi de réduire les frais. L’utilisation efficiente des voitures particulières dans le cadre du covoiturage est un complément idéal aux transports publics. Tandis que dans les centres-villes et les agglomérations le covoiturage réduit la charge de trafic, il représente dans les régions rurales un complément aux offres de mobilité existantes.

Exemple de PubliRide à Baden

En prémices aux travaux d’envergure prévus à la Schulhausplatz à Baden, la population a émis des craintes eu égard aux problèmes croissants de bouchons au centre-ville. Pour y pallier, en mai 2015, CarPostal et badenmobil ont lancé, en collaboration avec flinc, un réseau de covoiturage appelé PubliRide Baden, lequel permet aux automobilistes de contribuer à la réduction du trafic grâce à une offre de transports en commun. Pour la première fois en Suisse, il est possible sur la plateforme de flinc et dans l’application CarPostal, de lancer une recherche simultanée concernant les possibilités de covoiturage et les correspondances des transports publics. Un chantier de grande envergure appelle aussi à reconsidérer nos habitudes en matière de comportement face à la mobilité et à tester de nouvelles alternatives. Le projet a été cofinancé par le Centre de services pour une mobilité innovatrice DETEC ainsi que le Département des transports, de l’équipement et de l’environnement du canton d’Argovie.

Lire la suite sur mobilservice.ch

Read Full Post »

Depuis les années 1970, les politiques d’aménagement visent à donner plus de place aux piétons, en réaction à la période d’hégémonie automobile de l’après-guerre. À partir du projet en cours « Réinventons nos places » de la ville de Paris, Antoine Fleury et Louise Wuest proposent une réflexion sur les modes de production des espaces publics parisiens et leur évolution à plus long terme.

Dans son programme de campagne, Anne Hidalgo proposait un « plan d’embellissement de toutes les grandes places parisiennes qui subissent excessivement la pression de la voiture » [1]. Élue maire de Paris, elle a officialisé en juin 2015 le projet « Réinventons nos places », qui concerne sept places : Bastille (4e/11e/12e arrondissements), Nation (11e/12e), Panthéon (5e), Italie (13e), Gambetta (20e), Madeleine (8e), Fêtes (19e). L’objectif de la municipalité est de « rééquilibrer l’espace public au profit des piétons, des circulations douces et du végétal », mais aussi de « diversifier et d’intensifier les usages de l’espace public » [2]. Présenté par la municipalité comme une rupture par rapport aux projets antérieurs, ce projet apparaît, selon nous, comme une étape supplémentaire dans le processus de renouvellement des modes de conception et de gestion des espaces publics des deux dernières décennies [3]. Adossées à une meilleure coordination des services et à un développement de la concertation avec les usagers, les interventions tendent à valoriser les mesures de gestion et d’animation aux dépens des reconfigurations matérielles lourdes. « Réinventons nos places » marque en même temps le franchissement d’une étape supplémentaire avec l’abandon des concours de maîtrise d’œuvre et l’adoption de méthodes qui associent plus étroitement agents municipaux et citadins. Cette évolution des modes de production de l’espace public à Paris s’inscrit, d’ailleurs, dans une tendance internationale.

Lire la suite sur www.metropolitiques.eu

Read Full Post »

Un article de mobilservice.ch

La première zone de rencontre en Suisse à Berthoud

La première zone de rencontre en Suisse à Berthoud

Limitation à 20 km/h et priorité aux piétons: la Suisse est pionnière de la zone de rencontre. Introduite en tant que «Flanierzone» en 1996 dans la «Ville modèle pour les piétons et les cyclistes» de Berthoud, la zone de rencontre a été intégrée en 2002 dans la législation sur la circulation routière en tant que nouveau régime de circulation. Depuis, de nombreuses réalisations ont été faites dans les villes et communes de Suisse, que ce soit dans des quartiers résidentiels tranquilles, dans des rues commerçantes vivantes, aux abords de gares ou encore dans des centres historiques. Les zones de rencontre valorisent l’espace public et garantissent sécurité et qualité de vie dans les villages et les villes.

En 2016, Mobilité piétonne Suisse a relancé le portail «zonederencontre.ch». À découvrir, quelques 500 exemples de toute la Suisse montrant la diversité des possibilités de mise en place ce régime. L’objectif du site Internet est de proposer un recueil aussi complet que possible de zones de rencontre en Suisse. Les spécialistes et personnes intéressées sont invitées à annoncer et compléter les zones manquant encore sur la plateforme.

Lire la suite

Read Full Post »

Un article de mobilservice.ch

En Suisse, le bureau nouvellement crée pour la coordination de la mobilité durable, appelé COMO, est pris en charge par les six départements fédéraux, soit l’ASTRA, l’OFEV, l’OFSP, le BAV et le BFE, et prend le rôle et les tâches du centre de services de la DZM pour la mobilité innovante et durable. COMO continue de soutenir des approches et des projets novateurs visant une utilisation durable des capacités et des ressources naturelles, de faciliter les transferts, de combler les lacunes dans la chaîne de mobilité ou de rendre possible des solutions intermodales. Concrètement, les projets recherchés sont des projets pilotes ou de démonstration touchant la mobilité combinée, les nouvelles offres pour les TIM, TP et la circulation des piétons et des vélos, ainsi que les projets avec des mesures axées sur la demande.

Chaque année, COMO met à disposition aux porteurs de projet des contributions pour un total d’environ 1 million de francs. Celles-ci s’étendent jusqu’à septembre 2020 et portent sur un maximum de 40% des coûts totaux du projet. Il y a maintenant deux dates annuelles pour le dépôt des dossiers : le 30 avril et le 31 octobre. KOMO attend avec impatience votre candidature pour des projets de mobilité réussie et prospective, et cela jusqu’au 30 avril 2016.

Depuis 2006, près de 60 projets de mobilité répartis dans toute la Suisse ont été soutenus dans le cadre de la DZM. Parmi ces projets, certaines approches réussies ont été présentées dans les cas pratiques préparés par Mobilservice, comme les projets pilotes «DÉFI VELO» (promotion du vélo dans les écoles) du Canton de Vaud, «Ma commune bouge» (promotion de l’activité physique structurelle dans les communes) dans le canton de Saint-Gall et «VELOguide» (dépliant d’information pour la promotion de la circulation à vélo) dans le canton de Berne.

Plus d’informations

Documents en allemand

Documents en français

Documents en italien

Read Full Post »

Un article d’Anthony Laurent – LE MONITEUR.FR

Prolongeant les concepts de « route solaire » qui fleurissent depuis quelques années déjà un peu partout dans le monde, l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) planche actuellement sur une route « solaire, hybride, thermique et photovoltaïque » capable de produire à la fois de l’électricité et de la chaleur.

Lire la suite sur lemoniteur.fr

Read Full Post »

Un article de bourgogne-batiment-durable.fr

Vous recherchez un logiciel d’éco-conception, de simulation thermique dynamique, d’évaluation de l’impact environnemental des bâtiments, de modélisation de la qualité de l’air intérieur ou, bien encore, de pré-dimensionnement d’installations solaires ? Vous voulez accéder à des outils de simulation des émissions de matériaux, de prédiction des performances acoustiques ou de diagnostics techniques immobiliers ? Vous souhaitez obtenir des données climatiques, cartographiques, géographiques, … ?

Pour vous accompagner dans tous vos projets, Bourgogne Bâtiment Durable vous propose de découvrir plus de 230 bases de données, outils et logiciels en matière de construction et d’aménagement durables.

Pour chacun des 230 outils référencés (liste non exhaustive ne valant ni caution ni agrément), Bourgogne Bâtiment Durable vous propose une fiche descriptive reprenant les informations suivantes : nom de l’outil, description, éditeur, langue, gratuité ou non, et lien vers l’outil et/ou l’éditeur.

Pour accéder aux fiches descriptives de ces 230 outils, cliquez ici.

Pour télécharger le fichier de synthèse, cliquez ici.

Ces données font l’objet de mises à jour régulières – Date de dernière mise à jour : 10 février 2016.

Source : Bourgogne Bâtiment Durable

Read Full Post »

À l’occasion du salon HyVolution des 4 et 5 février 2016 à Paris, l’ADEME a publié son avis sur l’hydrogène dans la transition énergétique. L’hydrogène produit à partir de ressources renouvelables peut apporter une contribution importante à la transition vers un modèle énergétique décarboné. Produit et consommé localement à partir de ressources renouvelables, il peut participer à l’optimisation des ressources énergétiques d’un territoire, favoriser l’électromobilité et le recours aux énergies renouvelables.

L’Avis présente les enjeux de l’utilisation du vecteur hydrogène dans les secteurs du transport et du stockage de l’énergie à des fins de valorisation des énergies renouvelables. Lorsqu’il est issu de ressources renouvelables, l’hydrogène représente un facteur de souplesse et d’ajustement dans un système énergétique décarboné :

  • en appui au développement de l’électromobilité du fait des services rendus supplémentaires (plus grande puissance du véhicule, prolongation d’autonomie, rapidité de recharge) ;
  • en appui au développement des énergies renouvelables variables en tant que moyen de stockage de long terme (>12 h) et intersaisonnier ;
  • en valorisant des excédents d’électricité renouvelable, au travers d’un vecteur gaz, dans des usages transport et habitat.

Lire l’Avis de l’ADEME sur l’hydrogène dans la transition énergétique

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »