Feeds:
Articles

Archive for the ‘Mobilité’ Category

Un dossier Mobilservice.ch

A l’occasion de Cap sur l’ouest pour fêter le district en mobilité douce, l’ouest lausannois lançait un nouveau guide sur les achats à vélo. Cette publication qui succède à une première sélection de balades à vélo orientée loisirs se démarque par un double public cible, cyclistes chevronnés ou occasionnels mais aussi commerçants. Outil de sensibilisation à l’utilisation du vélo pour faire ses courses, elle s’adresse également aux commerçants qui ont le pouvoir d’augmenter l’attractivité de leurs magasins pour les cyclistes de l’ouest.

Autre particularité, le guide s’ancre dans un contexte résolument local avec descriptifs d’itinéraires, témoignages et carte des principaux pôles d’achat donnant un aperçu des temps de trajet à vélo depuis le centre de Renens. Il inclut aussi des conseils pratiques en matière d’équipement dont les cyclistes restent demandeurs d’après un sondage réalisé par PRO VELO Région Lausanne auprès de ses membres domiciliés ou travaillant dans l’ouest. Cette enquête révèle notamment que l’échantillon de cyclistes interrogés ne se cantonne pas aux petits commerces localisés dans les centres mais fréquente aussi de grandes enseignes et achètent de tout, de l’alimentation au bricolage, du moment que cela se transporte. Pour en faire l’expérience concrète, l’association proposait aux participants de Cap sur l’Ouest de tester leur agilité avec un vélo chargé de deux sacoches.

Plus d’informations

 

Read Full Post »

Un article d’Edouard Malsch sur urbanews.fr

Un immeuble exclusivement conçu pour les adeptes du vélo est en cours de construction à Malmö en Suède.

Imaginé par l’agence d’architectes Hauschild+Siegel, cet immeuble de sept étages n’intègre pas place de parking pour les voitures, alors qu’il est généralement prévu une place de stationnement pour chaque logement à Malmö. L’argent économisé en renonçant à la construction des parkings est réinvesti pour créer un espace de vie totalement « bike friendly« . Tout a ainsi été pensé pour permettre aux résidents de se passer de la voiture en privilégiant l’utilisation quotidienne de la petite reine !

Lire la suite sur urbanews.fr

Read Full Post »

Un dossier mobilservice.ch

Les enfants ont besoin d'un chemin de l'école sûr (photo: ATE)

Les enfants ont besoin d’un chemin de l’école sûr (photo: ATE)

Sur la dernière décennie, le nombre d’enfants victimes d’accidents de la route en Suisse a diminué. Pourtant, plus de 70% des enfants blessés ou morts sur les routes se déplaçaient à pied ou à vélo. La moitié de ces accidents a eu lieu sur le chemin de l’école. Pour que les enfants puissent aller à pied à l’école, leurs itinéraires scolaires doivent être sûrs.

La plateforme en ligne de l’ATE mobilitescolaire.ch permet aux communes, écoles, parents et enfants d’améliorer main dans la main et pas à pas la sécurité sur le chemin de l’école. Au moyen d’une enquête, les opinions des parents, enfants, enseignants et partenaires de l’école sont rassemblées. Les itinéraires scolaires et tous les points considérés comme dangereux sont répertoriés sur des cartes. En collaboration avec des spécialistes en transport et sur la base des cartes, des recommandations pour améliorer la sécurité du chemin de l’école sont formulées. En Suisse romande, une dizaine de plans de mobilité scolaire ont été réalisés de cette manière. Ceux-ci sont présentés comme exemples de bonnes pratiques sur le site Internet, avec des activités pédagogiques sur le thème de la mobilité pour l’enseignement.

Lire la suite sur mobilservice.fr

Read Full Post »

Un article de lexpress.fr

Selon le PDG d’Airbus, “imaginer qu’un jour des véhicules volants circuleront dans nos villes n’est pas insensé”. Il a dévoilé deux projets allant dans ce sens, ce mardi, dans le journal de son entreprise.

Lors du CES de Las Vegas, le chinois EHang a dévoilé le EHang 184, un quadricoptère capable d’embarquer un passager à son bord. Une fois installé, il suffit d’indiquer sa destination sur une tablette tactile pour y être emmené. Airbus projette de le concurrencer. / © Ehang

Lors du CES de Las Vegas, le chinois EHang a dévoilé le EHang 184, un quadricoptère capable d’embarquer un passager à son bord. Une fois installé, il suffit d’indiquer sa destination sur une tablette tactile pour y être emmené. Airbus projette de le concurrencer. / © Ehang

Ce n’est pas de la science fiction. Les premiers essais en vol pourraient avoir lieu fin 2017. Tom Enders, le PDG d’Airbus Group, a indiqué ce mardi que le constructeur travaillait actuellement sur deux projets de taxis volants et autonomes. “Je ne suis pas fan de Star Wars, mais imaginer qu’un jour des véhicules volants circuleront dans nos villes n’est pas insensé. Dans un avenir pas si lointain nous utiliserons nos smartphones pour réserver des taxis volants entièrement automatiques qui atterriront devant notre porte, sans pilote”, a commenté le PDG dans le journal d’entreprise de l’avionneur européen.

La filiale Airbus Helicopters a déjà signé un protocole d’accord avec la Direction singapourienne de l’aviation civile (CAAS), afin d’autoriser l’expérimentation mi-2017 d’un service de livraison de colis par drones sur le campus de l’université nationale de Singapour. Si le résultat sur le plan de “la sécurité opérationnelle” de cette expérience est positif, Airbus espère, par la voix de son journal, “accroître l’acceptation d’essais en vol avec des passagers, ultime verrou aux projets de véhicule aérien urbain”. Le journal du constructeur européen indique aussi qu’un pôle d’innovation, A3, a été créé dans la Silicon Valley.

Lire la suite sur lexpress.fr

Read Full Post »

sur urbanews.fr

Comme l’indique The Guardian, la municipalité catalane a mis au point un nouveau plan de déplacement pour rendre la rue aux habitants. Objectif : une réduction de 21% du trafic en interdisant la circulation automobile dans 60% des rues de la ville. Les rues ainsi rendues aux piétons seront transformées en « espaces citoyens ». L’idée est de recréer des mini-quartier ou « Superblocks » plus ou moins imperméables aux voitures. Ces dernières ne représentent en effet que 20% du total des déplacements de la cité catalane alors qu’elles occupent 60% des espaces…

Read Full Post »

Un article du monde.fr

Deux nacelles, permettant de traverser la Penfeld, le fleuve qui sépare la ville en deux, pourront transporter 1 850 personnes par jour.
Le téléphérique urbain de Brest, qui permet de traverser la Penfeld, le fleuve qui sépare la ville en deux, a été inauguré le 19 novembre.

Le téléphérique urbain de Brest, qui permet de traverser la Penfeld, le fleuve qui sépare la ville en deux, a été inauguré le 19 novembre. FRED TANNEAU / AFP

Le téléphérique urbain de Brest a été inauguré en présence de la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, samedi 19 novembre. Il permet de traverser la Penfeld, le fleuve qui sépare la ville en deux. Les deux nacelles, qui devaient être intégrées samedi matin au réseau de transports en commun de l’agglomération brestoise, sont les premières en France à fonctionner en milieu urbain.

D’une surface de 13 m2, les deux habitacles, ovales et entièrement vitrés, offrent une vue à 360 degrés sur la ville, sa rade, son port, son château du XVIIsiècle, sa base militaire et les Capucins, ancien site industriel militaire en cours de réhabilitation. Les deux cabines peuvent transporter jusqu’à 60 personnes chacune et fonctionner avec des vents de près de 110 km/h. Une partie des vitres des cabines se teinte à l’approche d’habitations afin de préserver l’intimité de leurs résidents, et un hublot placé au sol offre une vue originale sur la Penfeld, 70 mètres plus bas.

Lire la suite sur lemonde.fr

Read Full Post »

Un article de lemondialdubatiment.com

Le straddling bus en Chine

Le bus du futur anti-pollution et anti-bouchon pourrait voir le jour en Chine

Le straddling bus moins cher que le métro

La Chine est en proie à des embouteillages monstres et pour faire face à la pollution qui en découle, la China TBS Limited a présenté au dernier salon high-tech de Pékin, un moyen de transport hybride, à mi-chemin entre le bus et le tramway. Le straddling bus, traduisez « le bus chevauchant », a été conçu pour rouler à l’électricité et remplacerait l’équivalent de 40 bus ! Moins cher à construire qu’un métro, le straddling bus mesure deux voies de circulation (7 mètres) et passe au-dessus des véhicules d’une hauteur maximale de 2,10 mètres.

D’une longueur de 60 mètres, il pourrait transporter jusqu’à 1 400 passagers et rouler à 65 km/h, à environ cinq mètres au-dessus du sol. Il permettrait ainsi d’économiser 800 tonnes d’essence par an et 2500 tonnes d’émissions de CO2.

En cas d’accident, le bus chevauchant est équipé d’un système de freinage d’urgence, d’un panneau qui bloque la circulation à l’arrière et les passagers auront la possibilité de descendre par des toboggans semblables à ceux des avions !

Lire la suite

Read Full Post »

Un article de mobilservice.ch

Dans la foulée de Neuchâtel, Vaud et Genève viennent de publier un nouveau guide en français et en anglais sur les plans de mobilité à l’attention des entreprises et des institutions. Organisé autour d’un recueil de bonnes pratiques proposées par le bureau Mobilidée et illustrées par des exemples des deux cantons, le guide met l’accent sur l’importance des efforts communs à réaliser du côté des autorités mais aussi des employeurs pour relever les défis posés par la croissance de la Métropole lémanique en termes de mobilité ces prochaines années. Accueillant 1,2 millions d’habitants aujourd’hui, elle en attend 85’000 de plus à l’horizon 2030.

Lire la suite sur mobilservice.ch

Télécharger le guide

Read Full Post »

Un dossier de mobilservice.ch

Trajet en commun avec des gens sympathiques (photo: CarPostal Suisse SA)Se déplacer en commun permet non seulement de réaliser une économie de place dans le trafic roulant et en termes d’offres de stationnement, mais aussi de réduire les frais. L’utilisation efficiente des voitures particulières dans le cadre du covoiturage est un complément idéal aux transports publics. Tandis que dans les centres-villes et les agglomérations le covoiturage réduit la charge de trafic, il représente dans les régions rurales un complément aux offres de mobilité existantes.

Exemple de PubliRide à Baden

En prémices aux travaux d’envergure prévus à la Schulhausplatz à Baden, la population a émis des craintes eu égard aux problèmes croissants de bouchons au centre-ville. Pour y pallier, en mai 2015, CarPostal et badenmobil ont lancé, en collaboration avec flinc, un réseau de covoiturage appelé PubliRide Baden, lequel permet aux automobilistes de contribuer à la réduction du trafic grâce à une offre de transports en commun. Pour la première fois en Suisse, il est possible sur la plateforme de flinc et dans l’application CarPostal, de lancer une recherche simultanée concernant les possibilités de covoiturage et les correspondances des transports publics. Un chantier de grande envergure appelle aussi à reconsidérer nos habitudes en matière de comportement face à la mobilité et à tester de nouvelles alternatives. Le projet a été cofinancé par le Centre de services pour une mobilité innovatrice DETEC ainsi que le Département des transports, de l’équipement et de l’environnement du canton d’Argovie.

Lire la suite sur mobilservice.ch

Read Full Post »

Depuis les années 1970, les politiques d’aménagement visent à donner plus de place aux piétons, en réaction à la période d’hégémonie automobile de l’après-guerre. À partir du projet en cours « Réinventons nos places » de la ville de Paris, Antoine Fleury et Louise Wuest proposent une réflexion sur les modes de production des espaces publics parisiens et leur évolution à plus long terme.

Dans son programme de campagne, Anne Hidalgo proposait un « plan d’embellissement de toutes les grandes places parisiennes qui subissent excessivement la pression de la voiture » [1]. Élue maire de Paris, elle a officialisé en juin 2015 le projet « Réinventons nos places », qui concerne sept places : Bastille (4e/11e/12e arrondissements), Nation (11e/12e), Panthéon (5e), Italie (13e), Gambetta (20e), Madeleine (8e), Fêtes (19e). L’objectif de la municipalité est de « rééquilibrer l’espace public au profit des piétons, des circulations douces et du végétal », mais aussi de « diversifier et d’intensifier les usages de l’espace public » [2]. Présenté par la municipalité comme une rupture par rapport aux projets antérieurs, ce projet apparaît, selon nous, comme une étape supplémentaire dans le processus de renouvellement des modes de conception et de gestion des espaces publics des deux dernières décennies [3]. Adossées à une meilleure coordination des services et à un développement de la concertation avec les usagers, les interventions tendent à valoriser les mesures de gestion et d’animation aux dépens des reconfigurations matérielles lourdes. « Réinventons nos places » marque en même temps le franchissement d’une étape supplémentaire avec l’abandon des concours de maîtrise d’œuvre et l’adoption de méthodes qui associent plus étroitement agents municipaux et citadins. Cette évolution des modes de production de l’espace public à Paris s’inscrit, d’ailleurs, dans une tendance internationale.

Lire la suite sur www.metropolitiques.eu

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »