Feeds:
Articles

Archive for the ‘Participation’ Category

Un article de par Dominique Alba & Christian Brunner & Frédéric Gilli sur metropolitiques.eu

L’urbanisme tel qu’il a pu se pratiquer dans les années 1980-1990, à partir de projets négociés entre élus et promoteurs, ne fonctionne plus. La complexification des enjeux territoriaux et urbains comme la place désormais centrale des citoyens dans les processus d’aménagement doivent être l’occasion de réinventer nos façons de penser nos villes et de les construire.

Pendant des années, les projets urbains ont été négociés entre les aménageurs et les élus sous le contrôle technique des services de l’État. Ces pratiques ont permis de construire et d’adapter nos villes sans réitérer les errements des grandes interventions des années 1960 (les grandes barres de l’urbanisme prioritaire) à 1980 (les « grandes boites » de l’urbanisme commercial). Pour autant, cela n’a pas produit des villes agréables à vivre dans lesquelles les habitants se sentent bien.

Cet urbanisme de projets, cet urbanisme négocié n’est aujourd’hui plus possible sous la forme qu’il a pris depuis le milieu des années 1990. L’ouverture de la ville à la complexité, l’avènement d’une géographie des liens qui imbrique toutes les échelles, la présence continue des exigences citoyennes, les conditions financières de production de l’urbain, etc. : ces évolutions bousculent les institutions et les métiers existants et obligent à penser de nouvelles façons de produire la ville.

Lire la suite sur metropolitiques.eu

 

Read Full Post »

Un article de  Dominique Alba & Christian Brunner & Frédéric Gilli sur metropolitiques.eu

Wattignies (Nord), hôtel de ville, plan local d'urbanisme mis à jour par (...)

Wattignies (Nord), hôtel de ville, plan local d’urbanisme mis à jour par arrêté du 11 décembre 2007 (cc) Coin-coin, via Wikimedia Commons

L’irruption des injonctions environnementales dans les politiques urbaines, que ce soit du fait des accords planétaires ou par le développement de pratiques locales, le déploiement d’une ville digitale aux conséquences chaque jour plus profondes, l’exigence croissante des habitants à l’égard de leurs lieux de vie… Nos villes sont en train de changer de manière radicale. Faut-il dès lors radicalement changer nos façons de les construire ? Métropolitiques se penche sur les nouvelles pratiques en matière de planification urbaine.

Lire la suite

 

Read Full Post »

Un article de Laurent Matthey pour la revue traces.ch

En collaboration avec l’ASPAN-SO, la revue Tracés propose en lecture gratuite deux articles de chaque édition des cahiers de l’ASPAN produits deux fois par année et distribués avec la revue Tracés. Cette semaine, l’article du géographe Laurent Matthey se penche sur les politiques urbaines en matière de loisirs et leurs influences sur les manières de produire du territoire.

Ambiance festive et espace public, Zurich

En un peu plus d’une trentaine d’années, les villes sont devenues des destinations légitimes d’un certain1 tourisme de masse. Parallèlement, elles se transforment, pour leurs habitants, en lieux d’exploration permettant d’en découvrir des aspects méconnus et exotiques. A un autre niveau, des activités autrefois réservées à des intérieurs se déversent sur l’espace public: on y expose des œuvres d’art, on s’y consacre aux activités sportives, on y joue du piano. Lentement, les loisirs colonisent la ville, modifiant notre manière d’y vivre. Or cette colonisation n’est pas spontanée. Elle est l’œuvre de stratégies territoriales, de politiques urbaines. Si celles-ci accroissent la qualité de vie des ensembles urbains de ce début de 21e siècle, elles participent aussi d’une forme d’intensification de l’usage de l’espace public. Plus fondamentalement, elles transforment les manières de faire l’urbanisme et de produire du territoire.

Lire la suite

Read Full Post »

Un article de Vanessa Delevoye sur urbislemag.fr

Parmi les nombreux débats qui agitent le petit monde des urbanistes, beaucoup ont trait à la modification du comportement des gens : comment leur faire abandonner leur voiture au profit du bus ou du vélo ; comment les inciter à faire leurs courses en centre-ville plutôt que dans un supermarché de périphérie ; comment leur faire prendre l’habitude de trier leurs déchets et de ramasser les crottes de leur chien… Etudier les comportements des gens, et par extension, la possibilité de changer ces comportements, c’est justement le travail de Xavier Brisbois, docteur en psychologie sociale. Interview.

Lire la suite sur urbislemag.fr

Read Full Post »

Une étude de cas pratique de mobilservice.ch

Plan de mobilité scolaire de Chernex: diagnostic participatif avec les élèves (image: Bureau-Conseil ATE)

Plan de mobilité scolaire de Chernex: diagnostic participatif avec les élèves (image: Bureau-Conseil ATE)

La sécurité des enfants sur le chemin de l’école est un thème important pour les communes qui sont responsables d’assurer un bon accès aux établissements scolaires. Le plan de mobilité scolaire est un des outils qui permet d’identifier les points noirs et de promouvoir les modes actifs sur le chemin de l’école. Ces plans proposent une réflexion efficace et globale sur les déplacements scolaires par une analyse objective de la situation à travers différentes méthodes cartographiques ou participatives. Cela permet d’aboutir à un plan d’actions sous forme de recommandations en matière d’infrastructures, de sensibilisation et d’autres mesures liées aux comportements. Puis, la mise en œuvre des mesures retenues se fait en concertation avec les milieux concernés : services techniques de la commune, police, direction des écoles, etc.

Voir tout le dossier

 

Read Full Post »

Un article de Vanessa Delevoye sur Urbis le mag

Nantes, le mercredi 28 septembre. Cette après-midi-là, aucune voiture n’a pu passer rue de l’Eraudière, une voie habituellement très fréquentée où cohabitent une école, un collège et une maison de retraite. A la place, une centaine d’enfants venus à vélos, trottinettes ou rollers a investi l’espace.

« Nous avions travaillé avec plusieurs associations pour animer ce moment », explique Stéphanie Le Dantec, qui, avec une poignée de parents d’élèves, est à l’origine de l’opération.

« Cela nous a permis de proposer des activités artistiques à base de peinture végétale, des jeux en bois, un atelier jardinage aux pieds des arbres… Une maman circassienne est venue sur ses échasses, un papa a amené son triporteur électrique… » Autant dire que l’expérience a marqué les enfants !

Lire la suite

Read Full Post »

Un article de Emmanuelle N’haux sur lemoniteur.fr

Développer une production de végétaux en milieu urbain, tel est le pari de l’équipe de la Ferme urbaine lyonnaise (FUL). Un premier bâtiment fonctionne sur le site de l’Insa à Lyon.

Densité urbaine et production agricole de qualité ne sont plus antagonistes. Avec le projet FUL – Ferme urbaine lyonnaise – Philippe Audubert, président de FUL SAS et par ailleurs cofondateur de l’agence d’architecture et d’urbanisme Notus avec Didier Gaydou, en charge du suivi de ce chantier et du développement du concept dans les projets d’aménagement urbains et Christophe Lachambre, ancien cadre financier dans le domaine de l’agrofourniture, en font la démonstration. C’est sur le site de l’Insa à Lyon, partenaire du projet, que le premier site pilote a été officiellement inauguré vendredi 21 octobre.

L’idée de FUL consiste à concevoir des bâtiments pour abriter et contrôler une production en hydroponie (technique de culture hors sol) sous climat artificiel, répartie sur des plateaux techniques superposés. Les plantes effectuent un parcours horizontal et vertical sur des tapis roulants, reproduisant le cycle de croissance. Econome en eau et en énergie, cette production intensive peut s’adapter partout dans la ville. Les unités, en structure métallique d’un poids inférieur à 450 kg/m2 peuvent se nicher sur les toits, dans les parkings de bâtiments ou sur des fonciers «ingrats» comme en bordure d’autoroute par exemple. Pour répondre aux enjeux énergétiques du climat artificiel, des panneaux photovoltaïques sont installés en façade. «Pour limiter les amplitudes thermiques, nous créerons des espaces tampons entre le volume fermé et le volume accueillant la production agricole», précise Didier Gaydou, architecte. La mutualisation des énergies avec des bâtiments voisins sera également un enjeu important pour implanter les unités de productions.

Lire la suite sur lemoniteur.fr

 

Read Full Post »

Un dossier mobilservice.ch

Le lotissement de la Kalkbreite à Zurich (photo: Pension Kalkbreite)

Le lotissement de la Kalkbreite à Zurich (photo: Pension Kalkbreite)

Le lotissement de la Kalkbreite est un modèle d’habitat durable en ville de Zurich et a récemment été récompensé par le prix d’architecture 2016 du canton de Zurich. Le comportement des habitants y est supposé apporter une contribution essentielle à une gestion des ressources économe. Mais qu’en est-il vraiment ? Et les habitants, sont-ils heureux ? Une étude réalisée dans le cadre de la recherche énergétique de la Ville de Zurich (EFZ) a pour la première fois analysé la consommation et le comportement des habitants avant et après le déménagement dans le lotissement de la Kalkbreite. Conclusion: un bâtiment efficient peut contribuer de manière significative à la réduction de la consommation de ressources chez ses habitants (30% d’énergie primaire et 61% de CO2 en moins).

Lire la suite sur mobilservice.ch

Read Full Post »

Un article de Paul Louis sur lefigaro.fr

De plus en plus de particuliers se tournent vers l'économie collaborative.

Une étude du cabinet Asterès révèle le classement des villes françaises qui adhèrent le plus aux plateformes de l’économie du partage. Bordeaux prend la première place, loin devant Paris, Lyon ou Marseille.

Le Bon Coin, Airbnb, BlaBlaCar… Ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers l’économie du partage (ou économie collaborative) pour acheter un bien, louer un logement ou se déplacer. Mais quelles villes françaises sont les plus friandes de ce nouveau mode de consommation? C’est la question à laquelle l’économiste Charles-Antoine Schwerer a tenté de répondre dans le cadre d’une étude du cabinet Asterès, en partenariat avec We Demain. «Tout le monde parle d’économie du partage mais on a aucune connaissance de son implantation territoriale», explique Charles-Antoine Schwerer au Figaro.

Lire la suite sur lefigaro.fr

Read Full Post »

 Un article de Lauriane le Gouez sur
Les-futurs-habitants-de-le éco-hameau

Marie GabardosUn éco-hameau est en cours de construction dans le Var, constitué de quatorze maisons écologiques. Marie Gabardos, Présidente de l’association Bois de Brindille, nous explique ce projet.

En quoi consiste ce projet d’éco-hameau Bois de Brindille ?

Marie Gabardos : Il s’agit d’un hameau construit de toutes pièces par quatorze familles qui ont choisi, pour l’avenir, un mode de vie alternatif. C’est un projet d’éco-habitat groupé et intergénérationnel, où tout le monde a sa place et un rôle à jouer, enfants comme adultes. Nous sommes mus par des valeurs écologiques, humaines et solidaires.

Le facteur humain est donc un élément essentiel de votre projet ?

MG : C’est la base de tout car même si chacun habitera chez soi, il y aura une mise en commun de nombreux espaces : la buanderie, l’espace jeux pour les enfants, le jardin, le potager, l’atelier de bricolage, la piscine naturelle etc. Nous aurons aussi une maison commune pour nos réunions et où nous organiserons des conférences ouvertes à tous. D’autres choses vont sûrement encore émerger.

Lire la suite

Read Full Post »

Older Posts »