Feeds:
Articles

Archive for the ‘Sols’ Category

Un article de Edouard Malsch sur urbanews.fr

Un peu partout à la campagne, en zone périurbaine ou en pleine ville, les techniques de pastoralisme urbain font leur grand retour. Que ce soit au profit d’entreprises privés, de collectivités ou de particuliers, l’entretien des espaces paysagers via des troupeaux de caprins, ovins, équins ou autres bovins semble effectivement faire de plus en plus d’adeptes.

Si le terme de « pastoralisme » renvoie plutôt à une pratique ancestrale et à un mode d’exploitation agricole fondé sur l’élevage extensif, sa « déclinaison contemporaine et urbaine » se manifeste tout d’abord par une modification des pratiques de gestion de l’espace. Il s’agit en effet de privilégier un mode d’entretien durable, contribuant à la préservation de la biodiversité.

On évoque alors une gestion différenciée qui consiste à ne pas appliquer à tous les espaces la même intensité ni la même nature d’intervention. Il a notamment été démontré qu’il était écologiquement non pertinent de tondre systématiquement et régulièrement toutes les surfaces enherbées. Cette tonte systématique conduisant  à n’obtenir qu’une même pelouse rase, plutôt banale, très appauvrie en biodiversité, ne développant que peu d’intérêt écologique, et peu utile pour la faune, hormis pour quelques espèces invasives…

Lire la suite sur urbanews.fr

Read Full Post »

Un dossier de Catherine Pilon sur cget.gouv.fr

Les jardins partagés pour dynamiser les quartiers et les territoiresDepuis une vingtaine d’années, les villes voient se développer des expériences de jardins collectifs, notamment dans le cadre de la politique de la ville, qui ont pris le relais des jardins ouvriers du XIXe siècle.
D’abord imaginés pour permettre aux familles ouvrières de subvenir à leurs besoins alimentaires, ces jardins d’un nouveau type poursuivent, de façon très originale et en les combinant, des objectifs sociaux, économiques, écologiques, culturels et participatifs.
Ils conquièrent les « délaissés » des villes et permettent une nouvelle forme d’appropriation du territoire, impliquant les habitants dans la réalisation de villes plus durables et dans l’écriture de nouveaux paysages urbains.

Télécharger le dossier

 

Read Full Post »

Un article de www.lemondialdubatiment.fr

Rénovation de Challenger.
Jardins filtrants et jardins en friche.
Guyancourt le 31 août  2011

Aménagement urbain, construction de bureaux ou de logements, l’écologue joue un rôle de plus en plus important dans nos villes. Olivier Lemoine, écologue chez Elan, explique le bien fondé de ce nouveau métier.

Olivier Lemoine, qui êtes-vous ?

Je suis écologue pour la société Elan, une filiale de Bouygues Bâtiment Ile-de-France. Je suis chef du pôle Biodiversité rattaché à la construction durable. J’ai une double formation universitaire en Sciences de l’Environnement et en Ecologie Scientifique. En 1986, après mes études, j’ai créé l’un des premiers bureaux d’étude en ingénierie écologique, qui m’a donné l’opportunité de travailler sur des études d’impacts de projets, de conservation d’espaces naturels, d’aménagement du territoire… Au bout de 21 ans, j’ai revendu ma société à Elan. C’est très intéressant de changer de milieu, d’aborder les aspects bâtiment, écologie urbaine, aménagement de la ville etc.

Lire la suite sur www.lemondialdubatiment.fr

Read Full Post »

Vu sur mediaterre.org

Les habitants de Paris (France) auront désormais l’occasion de demander, auprès de la Direction des espaces verts, un permis de végétaliser. Celui-ci leur permettra de cultiver une petite parcelle de terrain appartenant à la ville, à condition d’y faire pousser des espèces locales et de n’utiliser aucun produit chimique. Présenté au Conseil de Paris des 29 juin, 30 juin et 1er juillet, ce concept s’inscrit dans le programme de végétalisation de la ville (2014-2020), qui vise notamment à développer 200 projets de végétalisation participative ainsi que 100 hectares de végétalisation sur murs et toits.

Les bénéfices liés à l’agriculture urbaine sont potentiellement considérables : en moyenne, près d’un quart de l’empreinte écologique d’un habitant des pays développés est lié à la chaine d’approvisionnement en nourriture. Selon une étude du journal Environmental Research Letters, publié en Novembre 2014, un espace plus grand que l’Union Européenne serait déjà utilisé au niveau mondial pour cultiver de la nourriture dans les villes de plus de 50 000 habitants et leur périphérie (jusqu’à 20km), soit environ 456 Million d’hectares.

Consulter la source

Read Full Post »

Un article de la Ville de Paris

L’adjointe à la maire de Paris en charge des espaces verts, de la nature et de la biodiversité, Pénélope Komites, a présenté au Conseil de Paris (29,30 juin et 1er juillet) le « permis de végétaliser ». L’objectif de la mandature est de 100 hectares de toits, murs et façades végétalisés d’ici 2020, dont un tiers consacré à l’agriculture urbaine.

Vous pouvez demander votre permis de végétaliser. Présenté au Conseil de Paris des 29 et 30 juin, le permis de végétaliser est un nouveau dispositif qui permet à chacun de devenir acteur de la végétalisation de Paris.

Avec l’opération « du vert près de chez moi » et le budget participatif, les Parisiens sont nombreux à exprimer leur envie de développer et renforcer la place de la nature dans la ville. Si vous rêvez de devenir le jardinier ou la jardinière de votre quartier, le permis de végétaliser est fait pour vous ! Il vous permet de disposer d’un site de votre choix, et surtout, de vous occuper vous-même de ce petit bout de jardin inédit.

Lire la suite sur www.paris.fr

Read Full Post »

Un article de Laurent Miguet sur lemoniteur.fr

Urban farm

© Neobuild – Urban farm

La culture en aéroponie (sans substrat inerte) fait ses premiers pas dans une toiture luxembourgeoise à Bettembourg, au sud du Grand-Duché. Serre de 65 m2, la « ferme urbaine », où cette forme de culture hors-sol se développe depuis septembre 2014, coiffe le bâtiment inauguré le 11 juin, et construit sous maîtrise d’ouvrage de la grappe d’entreprises Neobuild, après un investissement de 6 millions d’euros pour 2200 m2 répartis sur trois niveaux.

Lire la suite sur lemoniteur.fr

Read Full Post »

Un article de Olivier Bories sur www.hypotheses.org

trée

Les agricultures urbaines qui se développent à l’échelle mondiale sont des « extraits de campagne » qui pénètrent la ville, réactivant l’utopie de la cité fertile. Or si l’on connaît mieux la périurbanisation, il faut désormais s’intéresser à la ruralification. Jamais nommé ainsi, ce phénomène social désigne l’insertion de l’activité agricole dans un espace qui ne lui est pas dédié et peut-être à des modes de pensée empruntés au monde rural.

Avec l’essor des agricultures urbaines lié aux préoccupations sociales pour le développement durable et la nature, aux crises de confiance alimentaire, la ville (re)devient progressivement un territoire « jardiné » incrusté de petits terrains potagers ou de plus vastes ensembles maraichers. De sorte que les formes de production alimentaire ainsi que leur localisation sont remises en question. La ruralification revêt aussi un caractère paysager dans la mesure où elle modifie le décor citadin en créant de nouvelles trouées de verdure qui s’ajoutent aux squares et jardins paysagers qui organisaient la trame verte. Elle témoigne enfin d’une inversion des dynamiques de prédation territoriale jusque là en sens unique de la ville vers la campagne.

C’est en fait une nouvelle alliance entre la ville et la campagne qui se met en place. Elle génère des interpénétrations territoriales méconnues, forme de nouvelles hybridations, brouille des frontières spatiales et invite à la recomposition des catégorisations spatiales établies. Elle établit en outre la diversification des usages du sol en agglomération ; avec le projet agri-urbain, les agricultures urbaines prennent progressivement place dans l’organisation de la planification citadine des métropoles. Elles deviennent un nouvel objet de la gouvernance territoriale.

Lire la suite sur hypotheses.org

Read Full Post »

Un article de Sylvain Bosquet sur www.construction21.eu

Source: David Nield for MSN Innovation UK

La Skyfarm (“la Ferme dans le ciel”) s’élève à 160 mètres au-dessusdu sol et accueille 13 350 m² de cultures hors sol hydroponiques. C’est cette vision ambitieuse qui a remporté le prix du Design Futuriste lors du prestigieux concours des A’ Design Awards.

Conçue par le studio Aprilli Design à Brooklyn, “la Ferme dans le cie”l est prévue sur un site dans le centre-ville de Séoul en Corée du Sud, bien que les travaux n’aient pas encore reçu le feu vert. Cette tour complexe produit et distribue de la nourriture tout en améliorant son environnement direct, grâce à l’étendue de son système de traitement des eaux intégré, ces dispositifs d’énergie solaire et ses fonctions de recyclage.

Le design séduisant produit par le Studi Aprilli intégre étroitement la Ferme dans le ciel à l’architecture existante et au paysage de Séoul. Le bassin d’eau courant le long de la tour crée à la fois un espace de loisir pour les habitants et recouvre la centrale de traitement des eaux qui se cache en dessous. Les eaux pluviales collectées est purifiée et traitée avant de retourner dans l’écosystème de “la Ferme dans le ciel”. Une part de ces eaux est mélangée à des nutriments pour alimenter les cultures dans les plus hauts étages. Le cours d’eau du Cheonggyecheon, qui constitue déjà un espace vert populaire, permet l’évacuation facile des trop plein d’eau. (more…)

Read Full Post »

Les communes ont un rôle majeur à jouer dans la transition énergétique au XXIe siècle. L’aménagement du territoire est l’un des enjeux de la Stratégie énergétique 2050. Présentation des outils et des bons exemples romands du réseau des Cités de l’énergie.

Un article de Matthieu Chenal et Brigitte Dufour-Fallot, SuisseEnergie pour les communes, paru initialement dans AGEFI Magazine de février 2014

Commune de Vernier - zonage énergétique_A+W

Commune de Vernier – zonage énergétique_A+W

Dans sa Stratégie énergétique 2050, la Confédération préconise la restructuration de l’approvisionnement énergétique en Suisse, en réduisant la consommation d’énergie et en développant les sources d’énergie renouvelables. Dans ce processus de transition, les autorités communales ont les compétences nécessaires pour élaborer et mettre en œuvre des politiques énergétiques durables sur l’ensemble de leur territoire. A ce titre, la planification énergétique territoriale permet d’identifier la marge de manœuvre dont elles disposent et fournit une aide à la décision pour soutenir leur développement dans une optique durable, de l’échelle du quartier à la région. Le développement des stratégies d’approvisionnement énergétique vise à satisfaire les besoins en valorisant au mieux les ressources locales, en préservant l’environnement pour les générations futures, tout en créant de la valeur ajoutée pour l’économie locale et régionale. Dans ce contexte, les pouvoirs publics doivent être exemplaire. A l’échelon communal, les Cités de l’énergie donnent l’impulsion. (more…)

Read Full Post »

Un article de Julia Z. lu sur http://projets-architecte-urbanisme.fr

131016_tour-triangle-parisLe 15ème arrondissement de Paris verra bientôt la construction de la Tour Triangle.

tour triangle herzog meuron 1200x712 Infographie : La Qualité Environnementale dans la future Tour Triangle à Paris

Cet immeuble à la forme unique a été conçu par le célèbre cabinet d’architecture Herzog & de Meuron et sera l’une des premières tours soumise à la nouvelle réglementation issue de la loi du Grenelle II de l’environnement. Par ailleurs elle s’inscrit dans une démarche de respect des objectifs du Plan Climat de Paris.

Géothermie, double-peau, éclairage naturel… Voici quelques images montrant cette stratégie environnementale exemplaire.

Infographie : Crédit (more…)

Read Full Post »

Older Posts »