Feeds:
Articles

Archive for the ‘Foncier’ Category

Un article de Emmanuelle N’haux sur lemoniteur.fr

Développer une production de végétaux en milieu urbain, tel est le pari de l’équipe de la Ferme urbaine lyonnaise (FUL). Un premier bâtiment fonctionne sur le site de l’Insa à Lyon.

Densité urbaine et production agricole de qualité ne sont plus antagonistes. Avec le projet FUL – Ferme urbaine lyonnaise – Philippe Audubert, président de FUL SAS et par ailleurs cofondateur de l’agence d’architecture et d’urbanisme Notus avec Didier Gaydou, en charge du suivi de ce chantier et du développement du concept dans les projets d’aménagement urbains et Christophe Lachambre, ancien cadre financier dans le domaine de l’agrofourniture, en font la démonstration. C’est sur le site de l’Insa à Lyon, partenaire du projet, que le premier site pilote a été officiellement inauguré vendredi 21 octobre.

L’idée de FUL consiste à concevoir des bâtiments pour abriter et contrôler une production en hydroponie (technique de culture hors sol) sous climat artificiel, répartie sur des plateaux techniques superposés. Les plantes effectuent un parcours horizontal et vertical sur des tapis roulants, reproduisant le cycle de croissance. Econome en eau et en énergie, cette production intensive peut s’adapter partout dans la ville. Les unités, en structure métallique d’un poids inférieur à 450 kg/m2 peuvent se nicher sur les toits, dans les parkings de bâtiments ou sur des fonciers «ingrats» comme en bordure d’autoroute par exemple. Pour répondre aux enjeux énergétiques du climat artificiel, des panneaux photovoltaïques sont installés en façade. «Pour limiter les amplitudes thermiques, nous créerons des espaces tampons entre le volume fermé et le volume accueillant la production agricole», précise Didier Gaydou, architecte. La mutualisation des énergies avec des bâtiments voisins sera également un enjeu important pour implanter les unités de productions.

Lire la suite sur lemoniteur.fr

 

Read Full Post »

Un article de Bruno Morleo sur http://www.urbanews.fr

Surélévation à Boulogne Billancourt | Source : Malbrand Architecture © Charly Broyez

Surélévation à Boulogne Billancourt | Source : Malbrand Architecture © Charly Broyez

L’accession à la propriété en milieu urbain dense est une quête vouée à la désillusion, peu importe son budget. Ce phénomène se manifeste particulièrement dans les zones urbaines en déficit de logements comme Paris et l’Île-de-France, où le prix du m² peut nettement dépasser les 10 k€. Toujours trop petit, trop cher, trop sombre, trop biscornu, trop de vis-à-vis, etc. on se fait naturellement à l’idée d’habiter en périphérie ou dans un souplex…

Aujourd’hui, une petite révolution du marché immobilier pourrait bien être en marche, celle de la chasse aux « dents-creuses » ! Une dent creuse, en urbanisme, c’est un espace non construit entouré de parcelles bâties. Depuis les modifications réglementaires induites par les récentes lois du Grenelle, Duflot, Alur et Macron, les politiques publiques semblent, de plus en plus inciter à « combler » ces dents creuses, notamment par la construction en surélévation.

Le principe est simple : un toit d’immeuble est un foncier qui s’ignore, de nombreux bâtiments n’exploitant pas pleinement la surface constructible autorisée par les nouvelles réglementations. La copropriété doit alors accorder la possibilité de construire sur son « foncier aérien » et vivre sur les toits n’aura jamais rendu le prix du m² en milieu dense aussi accessible.

Lire la suite sur urbanews.fr

Read Full Post »

Une étude  de l’IAU (Jean-François Saigault, Christine Tarquis)

Cette étude présente les spécificités de certaines opérations de parcs d’activités mais aussi plus largement de sites d’activités. Ce dossier vise à identifier des cas où des formes de densité sont observées.

La densification n’est pas un phénomène récent

Les grandes mutations économiques, la mondialisation des marchés, la tertiarisation de l’économie ou encore, le rôle de la normalisation internationale croissante, sont autant de facteurs qui ont concouru, ces dernières années, à une évolution rapide de la demande des entreprises. L’exigence de ces dernières a nécessité l’organisation de nouvelles opérations d’immobilier d’entreprises. La densification n’est pas un phénomène récent. La densité s’exprime :

  • Soit par la création et la réalisation d’opérations d’urbanisme dont le volume de construction est élevé (extension et développement à la verticale, avec une faible consommation foncière, coefficient d’occupation des sols élevé).
  • Soit par réutilisation d’espaces déjà affectés à des activités. Elle correspond à un processus normal de renouvellement urbain qui s’opère par une mutation de sites industriels en déshérence (friches bâties et/ou foncières) entrainant la réalisation d’opérations d’immobiliers d’entreprises (locaux d’activités mixtes, bureaux), ou par un changement d’affectation des sols destinés jadis à des ZI se traduisant par la réalisation d’autres opérations d’urbanisme (logements, équipements…). (more…)

Read Full Post »