Feeds:
Articles

Une série de fiches du Cerema

Economie et partage des ressources en eau - fiches  n° 3 et 6

L’économie et le partage des ressources constituent une priorité de la politique de l’eau. Les espaces urbains offrent un potentiel d’économies et aussi un gisement de ressources alternatives en eau. Pour impulser des changements de pratiques, les collectivités ont un rôle-clé à jouer.
Cette série de fiches vise à partager des connaissances, des expériences, des méthodes et des outils.

Pour télécharger les fiches

Un article de  Dominique Alba & Christian Brunner & Frédéric Gilli sur metropolitiques.eu

Wattignies (Nord), hôtel de ville, plan local d'urbanisme mis à jour par (...)

Wattignies (Nord), hôtel de ville, plan local d’urbanisme mis à jour par arrêté du 11 décembre 2007 (cc) Coin-coin, via Wikimedia Commons

L’irruption des injonctions environnementales dans les politiques urbaines, que ce soit du fait des accords planétaires ou par le développement de pratiques locales, le déploiement d’une ville digitale aux conséquences chaque jour plus profondes, l’exigence croissante des habitants à l’égard de leurs lieux de vie… Nos villes sont en train de changer de manière radicale. Faut-il dès lors radicalement changer nos façons de les construire ? Métropolitiques se penche sur les nouvelles pratiques en matière de planification urbaine.

Lire la suite

 

Un dossier Mobilservice.ch

Travel Smart: réduire les pics de trafic et mieux exploiter les capacités (Photo: CFF)

La plateforme suisse de dialogue “Avenir Mobilité / Zukunft Mobilität” proposait le 28 février dernier à Berne une troisième rencontre sur les contraintes de capacités. Près de 150 hauts représentants d’Offices fédéraux, d’entités nationales et d’associations ont examiné et discuté les défis actuels et à venir de notre système de transport. En parallèle à la construction de nouvelles infrastructures et au renforcement de leur efficacité grâce aux nouvelles technologies, le focus portait sur l’influence de la demande de transport. Ces mesures ont pour but de supprimer ou de lisser le trafic aux heures de pointe. “Il n’est en effet pertinent ni sur le plan économique, ni sur le plan écologique de dimensionner les réseaux de transport en fonction d’heures de pointe de courte durée”, comme le commentait le modérateur Hans Werder (Président d’Avenir Mobilité).

Lire la suite

Un article de Laurent Matthey pour la revue traces.ch

En collaboration avec l’ASPAN-SO, la revue Tracés propose en lecture gratuite deux articles de chaque édition des cahiers de l’ASPAN produits deux fois par année et distribués avec la revue Tracés. Cette semaine, l’article du géographe Laurent Matthey se penche sur les politiques urbaines en matière de loisirs et leurs influences sur les manières de produire du territoire.

Ambiance festive et espace public, Zurich

En un peu plus d’une trentaine d’années, les villes sont devenues des destinations légitimes d’un certain1 tourisme de masse. Parallèlement, elles se transforment, pour leurs habitants, en lieux d’exploration permettant d’en découvrir des aspects méconnus et exotiques. A un autre niveau, des activités autrefois réservées à des intérieurs se déversent sur l’espace public: on y expose des œuvres d’art, on s’y consacre aux activités sportives, on y joue du piano. Lentement, les loisirs colonisent la ville, modifiant notre manière d’y vivre. Or cette colonisation n’est pas spontanée. Elle est l’œuvre de stratégies territoriales, de politiques urbaines. Si celles-ci accroissent la qualité de vie des ensembles urbains de ce début de 21e siècle, elles participent aussi d’une forme d’intensification de l’usage de l’espace public. Plus fondamentalement, elles transforment les manières de faire l’urbanisme et de produire du territoire.

Lire la suite

Une Lettre stratégie de l’ADEME

Covoiturage, réemploi d’objets, achats alimentaires en communauté… La lettre Stratégie n° 51 apporte un éclairage sur les pratiques collaboratives offrant une réduction d’impacts environnementaux, en se basant sur plusieurs études menées au sein de l’ADEME.
Trois profils semblent être particulièrement sensibilisés à ces pratiques : les étudiants, les familles, et les personnes ayant un engagement bénévole régulier. Pour 67% des français, c’est d’abord l’aspect économique qui préside à adopter cette pratique, devant la protection environnementale.

Si la consommation collaborative constitue une réponse supplémentaire pour atteindre les objectifs environnementaux que la France s’est fixés, l’apport des technologies et les évolutions sociétales sont des conditions sine qua non de la réduction d’impacts de la consommation des Français d’ici 2030.

Lire la lettre Stratégie n° 51 

Note rapide de l’IAU-idf Territoires, n° 741

Les projets d’urbanisme transitoire se développent depuis le début des années 2010 de façon plus institutionnelle, encadrée et visible qu’auparavant, en particulier au cœur de la région Île-de-France, où le foncier coûte cher. Que signifie cette fabrique urbaine renouvelée, entre optimisation foncière systématique et projets participatifs ? […]

Un article de Jean-Philippe Defawe sur lemoniteur.fr

Visite du chantier de la nouvelle gare TGV qui a été inaugurée le 17 mai et découverte de la gare routière interurbaine et de la passerelle reliant le nord de la ville au centre-ville, animations, spectacle de rue sur le thème du voyage, plongeon dans l’univers ferroviaire avec une maquette interactive «grand format», café-chantier, photocall, réalisation d’une fresque, visite virtuelle du nouveau quartier Lorient Odyssée dans un espace vidéo immersif, etc., la Ville de Lorient a mis les petits plats dans les grands pour sensibiliser et informer ses habitants. Car cette nouvelle gare est un projet majeur pour une agglomération qui compte quasiment autant d’habitants que Brest, déclarée «métropole» récemment. «C’est un projet phare car il répond à plusieurs enjeux majeurs: la mobilité, l’économie, l’urbanisme, le logement, etc.» explique Norbert Métairie, maire de Lorient et président de Lorient Agglo.

Lire la suite

Un article de Jean-Marie sur http://www.consoglobe.com

Les 14 modes de transport les moins polluants

Les modes de transports ont un impact différent les uns des autres en termes de pollution et d’émissions de CO2. Le palmarès de l’ADEME des transports dits « propres » (mais que l’on préfère à consoGlobe appeler « moins polluants », aucun ne peut être 100 % propre) bouleverse les idées reçues.

Les modes de transport les moins polluants

Les transports ont un impact croissant sur l’environnement : selon le ministère de l’environnement français, les émissions de CO2 résultant des déplacements des particuliers ont augmenté de 14 % entre 1994 et 2008. Le transport est, en France, le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre. Il représentait 27,8 % des émissions nationales en 2012, contre 21 % pour le secteur agricole, 17,7 % pour les secteurs résidentiel et tertiaire, et 17,6 % pour le secteur de l’industrie manufacturière, contre 11,7 % pour les industries de l’énergie avec 11,7 % et seulement 2,6 % pour le secteur du traitement des déchets.

Lire la suite

Un article de Vanessa Delevoye sur urbislemag.fr

Parmi les nombreux débats qui agitent le petit monde des urbanistes, beaucoup ont trait à la modification du comportement des gens : comment leur faire abandonner leur voiture au profit du bus ou du vélo ; comment les inciter à faire leurs courses en centre-ville plutôt que dans un supermarché de périphérie ; comment leur faire prendre l’habitude de trier leurs déchets et de ramasser les crottes de leur chien… Etudier les comportements des gens, et par extension, la possibilité de changer ces comportements, c’est justement le travail de Xavier Brisbois, docteur en psychologie sociale. Interview.

Lire la suite sur urbislemag.fr

Une note de l’iau-idf.fr

À la croisée des problématiques sociales, économiques, environnementales, énergétiques, et climatiques, l’alimentation est devenue un sujet incontournable. Course à la terre, émeutes de la faim, sécurité alimentaire, qualité sanitaire et nutritionnelle, recherche de valeurs… sont autant de sujets qui nous touchent individuellement et collectivement, de l’échelle locale à l’échelle mondiale.
Pour les grandes métropoles, densément peuplées et urbanisées, les enjeux sont encore plus prégnants. L’Île-de-France, en particulier, est à la fois une grande région urbaine – 12 millions d’habitants sur seulement 2 % du territoire national – et une grande région agricole. Les enjeux sont donc doubles, tant en termes de robustesse des espaces agricoles que d’approvisionnement alimentaire. Il s’agit :

  • d’assurer la durabilité et la viabilité de l’agriculture, en conciliant développement humain et économique avec la préservation d’espaces de production, de respiration, de poumons verts, d’équilibre, de connexions écologiques… pour une métropole vivable, durable…
  • d’approvisionner quotidiennement et durablement les Franciliens, en quantité, en qualité, en diversité et à un prix accessible à tous.

Lire la suite et télécharger la note sur iau-idf.fr